La Banque mondiale s'engage à octroyer 15 millions de dollars pour la gestion des ressources marines et côtières

Economie

Dakar, 2 août (APS) - La Banque mondiale s'est engagée à octroyer 15 millions de dollars (environ 8 milliards 250 millions de F.CFA) au Programme de Gestion intégrée des ressources marines et côtières (GIRMAC), indique un communiqué reçu lundi à l'APS. Les négociations relatives à un crédit de l'Association internationale de développement (IDA) de 10 millions de dollars (environ 6 milliards de FCFA) et d'un don de 5 millions de dollars américains (environ 3 milliards de FCFA) pour financer le GERMAC se sont déroulées les 26 et 27 juillet 2004 à la mission de la Banque mondiale à Dakar, précise la même source. Elles ont réuni une délégation de la République du Sénégal et des représentants de l'IDA. Le geste de l'IDA vient s'ajouter aux 30,94 millions de dollars (environ 17 milliards 170 millions de FCFA) promis par la Banque mondiale, le Fonds pour l'Environnement mondial (GEF en anglais) et les autres partenaires dont le Japon. Ce montant ne prend pas compte la contrepartie du Gouvernement sénégalais, précise-t-on. La France a également promis d'apporter sa contribution à travers ses divers instruments de financement. Selon le communiqué, le gouvernement (du Sénégal) a indiqué que les initiatives de cogestion locale seront promues dans les 4 sites pilotes-initiaux qui démarreront avant la mise en place des conseils locaux de pêche artisanale, à travers l'élaboration et la mise en oeuvre de sous-projets de cogestion. Même si les composantes et sous-composantes du projet ont été validées, le gouvernement du Sénégal a l'intention de demander une rallonge d'un montant de 300.000 dollars US (environ 165 millions de FCFA) sur le don GEF pour procéder au renforcement des capacités du Ministère de l'Environnement et de la Protection de la Nature en matière de gestion des ressources marines et côtières. Il a également manifesté le besoin urgent d'un financement additionnel IDA de 500.000 dollars (environ 275 millions de FCFA), destiné à compléter les fonds nécessaires à la mise en place d'un système informatisé d'immatriculation des pirogues. Par ailleurs, le Sénégal a réitéré son intention de gérer la pêche artisanale et la pêche industrielle selon des systèmes différenciés de gestion et d'initier la préparation d'une loi cadre sur la Biodiversité et les aires protégées. L'objectif fixé est (d') assurer la protection des ressources marines et côtières et leur utilisation optimale au profit des communautés locales. ASG/IN