Le Bureau de mise à niveau des entreprises ne prête pas, mais donne les moyens pour investir, selon son directeur

Economie

Dakar, 1-er fév (APS) - Le Bureau de mise à niveau ne prête pas, mais donne les moyens matériels et financiers d'investissements qui portent sur l'augmentation de la compétitivité, de la rentabilité des petites et moyennes entreprises et la croissance au plan local et international. Tel est l'avis exprimé par le directeur du Bureau de mise à niveau, Pape Jean Fall, qui faisait face à la presse peu aprés la cérémonie de lancement du Programme national de mise à niveau des entreprises qui s'est déroulée mardi à Dakar. Pour le directeur du Bureau de mise à niveau logé à l'Agence de développement des petites et moyennes entreprises (ADEPME), le programme est en phase pilote avec le soutien financier de l'Agence française de développement dont une partie est consacrée à un programme d'appui au démarrage assuré techniquement par l'ONUDI. D'un montant de huit milliards de FCFA environ, le soutien de l'AFD s'inscrit dans le cadre général du Programme d'appui et de renforcement de la compétitivité des entreprises (PARCES) avec trois volets: la mise à niveau, le financement et la formation professionnelle. Concernant les critères d'éligibilité, il faut être, selon M. Fall, une entreprise industrielle ou de service de droit sénégalais en activité et ayant plus de deux années d'existence. Par ailleurs, il ne faut pas être en faillite avec un chiffre d'affaires inférieur à 15 milliards, tout en s'engageant à faire certifier ses comptes et à respecter les conditions du processus de mise à niveau. Cette conformité permet aux entreprises de bénéficier de primes à l'investissement dont le montant cumulé ne saurait excéder 200 millions par entreprise. Le programme a pour ambition, a-t-il ajouté, d'offrir une gamme de produits adaptés et pérennes à toutes les entreprises sénégalaises désireuses de relever le défi de la compétitivité. En présence du ministre des PME, de l'Entreprenariat féminin et de la Microfinance, Maïmouna Sourang Ndir et du Secrétaire d'Etat à l'agroalimentaire et des énergies renouvelables de la Tunisie, Ben Mosbah, le Comité de pilotage a salué le soutien de ce pays dont l'expérience en la matière est avérée. ADL/CTN