Le président Wade se démarque des méthodes des altermondialistes

Economie

Dakar, 27 jan (APS) - Le chef de l'Etat, maître Abdoulaye Wade, s'est démarqué des méthodes des altermondialistes, soulignant que leurs pratiques ne sont pas les nôtres. Nous tenons à rentrer dans le train de la mondialisation, même si nous restons dans le dernier wagon. C'est mieux que de le rater, a notamment dit Abdoulaye Wade qui présidait, jeudi à Dakar, l'ouverture de la Conférence annuelle de la Banque mondiale sur le développement économique dont le thème est Croissance économique et intégration. Le président Abdoulaye Wade a qualifié de suicidaire et de non sens le fait de ne pas être dans la mondialisation, ajoutant qu'il faut être dans le train de celle-ci et lutter pour changer les choses. Nous sommes dans la mondialisation a-t-il réaffirmé non sans préciser qu'il respecte la position des altermondialistes. Le chef de l'Etat a, en outre, affirmé que l'Afrique est un continent très en retard du point de vue du développement et de la croissance, soulignant que les pays développés ne considèrent pas toujours que ce qui est bon pour eux est bon pour nous. Selon Abdoulaye Wade, le débat sur l'arbitrage entre la croissance et la lutte contre la pauvreté doit être évacué. Il a estimé qu'il y a une confusion extraordinaire et que c'est la croissance qui doit générer les revenus pour combattre la pauvreté et non l'inverse. Abdoulaye Wade a expliqué que ces deux objectifs devraient être menés en même temps, soulignant, à ce propos, que la croissance doit être financée par nos propres efforts et l'aide internationale. Toutefois, a-t-il poursuivi, l'aide internationale a engendré la dette et, à ce propos, il préfère parler de désendettement de l'Afrique plutôt que d'effacement de la dette. Abordant le volet intégration, il a indiqué que c'est une perspective de l'Afrique avant d'indiquer que le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) est un instrument d'intégration, parce que fondé sur la rationalité régionale et continentale. Le NEPAD ne concerne que des projets régionaux, a encore dit Me Wade, selon qui pour réussir l'intégration du continent, les pays africains doivent développer les secteurs du NEPAD. Il a cité à cet effet, un certain nombre de projets intégrateurs du NEPAD comme la route Dakar-Casablanca, Alger-Bamako, l'axe Dakar-Djibouti, les barrages supplémentaires comme celui de Manantali sur le fleuve Sénégal et le chemin de fer sur la Gambie. La Conférence annuelle sur le développement économique, conjointement organisée par la Banque mondiale et le gouvernement du Sénégal, se tient pour la première fois en terre africaine. AD/CTN