La BCEAO organise une deuxième opération de retrait des billets de la gamme 1992, du 17 janvier au 18 février

Economie

Dakar, 12 jan (APS) - La Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) va organiser, du 17 janvier au 18 févier 2005, une deuxième opération exceptionnelle et à caractère social de retrait des 59 milliards de francs CFA de la gamme 1992 non récupérés à l'issue de la première opération, achevée le 31 décembre 2004, a annoncé mercredi Charles Konan Banny, gouverneur de la BCEAO. Cette seconde opération, prévue au niveau des guichets de la BCEAO et des trésors nationaux, est fondée sur l'analyse du reste de billets à récupérer, constitué pour plus 75 pour cent par des petites coupures de 1000 et 500 francs CFA, a dit Charles Konan Banny qui échangeait avec la presse à Dakar, une séance retransmise par visioconférence dans toutes les autres capitales des pays membres de la BCEAO. A l'issue de la première opération, entamée le 15 septembre 2004 et qui a connu un incontestable succès, selon M. Banny, 902 milliards de francs CFA ont été récupérés, soit 99,26 pour cent des billets qui restaient encore en circulation depuis la première émission de la gamme 1992 des francs CFA. Les billets non encore récupérés correspondent à 28 millions de coupures, équivalant à la détention d'au moins un billet de la gamme 1992 par une personne sur 30, a précisé Charles Konan Banny. La BCEAO, présumant que ces billets restants (constitués, à 76 pour cent, de coupures de 1000 et 500 francs CFA) sont encore en circulation et qu'ils sont détenus par des populations à faible revenu, vivant dans les zones rurales, a décidé, par intelligence sociale et utile, de donner une seconde chance à d'éventuels détenteurs des billets de cette gamme, a indiqué M. Banny. Cela ne signifie pas du tout que le billet de la gamme 1992 a retrouvé son cours légal et son pouvoir opératoire, a-t-il cependant ajouté, assurant qu'avec ces billets on ne peut plus faire de transactions. Nous sommes tout à fait en ligne avec les pratiques que l'on suit dans les opérations de ce genre. Une fois la démonétisation opérée, les échanges peuvent continuer mais dans les locaux de la BCEAO, a-t-il souligné. BK/CTN