La Mauritanie et le Sénégal prêts à faire de leur coopération maritime un modèle d'intégration économique

Economie

Dakar, 12 Jan (APS) - Le Sénégal et la Mauritanie se sont engagés à ne ménager aucun effort pour faire de leur coopération maritime,un modèle d'intégration économique. Les délégations des deux pays qui se sont réunies du 10 au 12 janvier 2005, à Dakar, ont convenu d'accorder une grande importance au volet de leur coopération en matière de pêche continentale et ont mis l'accent sur l'harmonisation des législations applicables dans chacun de leurs pays respectifs. Ainsi, dans le cadre de la surveillance des pêches et de la sécurité en mer, elles ont accepté de renforcer leur collaboration, tout en définissant de manière précise les modalités pratiques de coopération entre les stations de surveillance côtière installées de part et d'autre de la frontière maritime. Le gouvernement du Sénégal a remercié les autorités mauritaniennes d'avoir accordé une prorogation d'un mois aux pecheurs sénégalais, après l'expiration de la validité des licences accordées pour l'année 2004. Les deux délégations se sont également félicitées des conditions offertes aux pecheurs sénégalais, régulièrement basés en Mauritanie et qui ont bénéficié de 1700 licences d'affrètement de pêche artisanale Elles ont également abordé le sujet de la délivrance des licences de pêche pélagique aux pecheurs artisanaux, avec possibilité de débarquement à Saint-Louis. A cet effet, il a été noté que sur les 270 licences libres pour la pêche pélagique artisanale, accordées par la Mauritanie, seules 249 licences avaient été utilisées, souligne le procès verbal. La partie mauritanienne a demandé au Sénégal de renforcer la sensibilisation des pecheurs quant au respect de la réglementation en vigueur dans ce pays en matière de pêche, notamment l'obligation qui leur est faite d'obtempérer à tout exercice de contrôle en mer par les services de surveillance. Pour l'année 2005, la partie sénégalaise a demandé une augmentation du nombre de licences libres accordées au profit des pecheurs sénégalais et a insisté sur la nécessité de caler la validité de ces licences libres sur la durée du protocole. La partie mauritanienne a octroyé 270 licences libres de pêche artisanale, ciblant uniquement les espèces pélagiques, à l'exclusion du mulet, pour une durée de (6) six mois a partir de juillet à décembre. La délégation mauritanienne était conduite par M. Sidina Ould Cheikhna, tandis que celle du Sénégal, était dirigée par M. Moustapha Thiam, Directeur de la pêche maritime. BD/OF