Me Wade annonce la création d'un centre de recherche sur le criquet pèlerin

Agriculture

Dakar, 11 jan (APS) - Le président de la République, Me Abdoulaye Wade a annoncé mardi la création prochaine à Dakar d'un centre d'études et de recherches sur le criquet pèlerin. Cette structure de recherche fondamentale sur le criquet permettra à des chercheurs d'Afrique et du monde entier d'échanger leurs connaissances sur ce fléau, a expliqué le chef de l'Etat qui présidait la cérémonie d'ouverture du séminaire international sur le criquet pèlerin. Le ministre marocain de l'Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, Mohand Laenser, a pour sa part, révélé que son pays a décidé d'ouvrir une formation de troisième cycle d'acridologie à l'institut d'agronomie d'Agadir. Il sera ouvert aux cadres marocains et africains pour donner une dimension sud-sud à ce phénomène, a précisé M. Laenser. Selon Me Abdoulaye Wade, il y a lieu de s'interroger sur l'utilisation de tout le capital de connaissance scientifiques et historiques accumulé, en se posant deux questions simples et fondamentales : que savons-nous du criquet ? Comment faire pour le vaincre définitivement ? Il a estimé que la présente invasion que connaissent les pays d'Afrique est dans sa genèse, de loin la plus spectaculaire de celles connues jusqu'ici, rappelant que l'une des plus grandes invasions est celle enregistrée entre 1986 et 1989. Il a souligné que le caractère pernicieux du criquet qui ignore les limites territoriales et frontalières, et sa capacité exponentielle de reproduction, exigent de la part des Etats touchés, l'établissement au préalable d'un cadre pérenne de concertation et de coordination des activités. Il a cité, à titre d'exemple, l'Organisme de coordination de lutte antiacridienne et anti-aviaire (OCLALAV), dont il a regretté la disparition de fait et le programme EMPRESS de la FAO, ajoutant que celui-ci tarde à être opérationnel. Selon Me Wade, le NEAPD (Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique) se trouve confronté à un nouveau challenge car on ne peut assurer durablement la souveraineté alimentaire des populations africaines, sans lever l'obstacle majeur que constituent les invasions périodiques de criquets pèlerins. Le séminaire scientifique de Dakar regroupe des participants venus des pays de l'Afrique de l'ouest, du Maroc, de la Tunisie, de l'Algérie, d'Egypte, d'Europe et d'Amérique. Ouvert lundi à Dakar, il prendra fin jeudi. AD/IN