Khadim Guèye décline les risques liés à la privatisation de la SONACOS

Economie

Dakar, 27 déc (APS) - Le président-directeur général de la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACOS), Khadim Guèye, a déclaré que la privatisation de sa société est différente de celle des autres sociétés à cause des risques. Le plus gros risque pour la SONACOS est lié aux aléas climatiques dont dépend l'approvisionnement de la matière première, l'arachide, a affirmé M. Guèye, lors d'un point de presse donné lundi à Dakar. Selon lui, le secteur dans lequel s'engage le repreneur, le consortium Advens-DeSmet-SODEFITEX-Kranapop-SPI, est extrêmement risqué. L'autre risque est lié, à la libéralisation du marché de l'huile, a-t-il ajouté. M. Guèye a révélé que les débuts de libéralisation ont fait perdre à la SONACOS des parts de marché de l'ordre de 15 pour cent, soulignant qu'en plus de cela, l'investisseur doit moderniser les usines dont la plupart sont vieilles de plus de 50 ans. L'arachide est le facteur qui répartit le mieux les revenus au Sénégal et peut rémunérer trois millions de personnes, a souligné le directeur général de la SONACOS Evoquant les deux autres soumissionnaires qui étaient préqualifiés, Serigne Ahmadou Camara, le responsable de la cellule de gestion et de contrôle du portefeuille de l'Etat, a indiqué que les Marocains de Lessieur Cristal se sont retirés tandis que l'offre de Guerté Sénégal a été irrecevable pour n'avoir pas donné la caution bancaire de un milliard de francs CFA. Au-delà de l'opération financière, c'est le monde paysan qui est en jeu, a dit Khadim Guèye qui est chargé de conduire toutes les opérations de privatisation. Il a rappelé que les retombées de la privatisation sur l'économie sénégalaise s'élèvent à 28 milliards de francs CFA. L'Etat du Sénégal a retenu comme adjudicataire provisoire dans le cadre de la privatisation de la SONACOS, le consortium Advens-DeSmet-SODEFITEX-Kranapop-SPI à qui il a été cédé 66,9 pour cent des actions détenues dans le capital de ladite entreprise. Ce consortium contrôle désormais les deux tiers du capital de l'entreprise. AD/CTN