Macky Sall: Un Africain consomme huit fois moins d'énergie qu'un résidant des pays industrialisés

Economie

Dakar, 23 nov (APS) - Le Premier ministre, Macky Sall, a déclaré, mardi à Dakar, qu'en matiére d'énergie un Africain consomme en moyenne huit fois moins qu'un ressortissant des pays industrialisés Pour l'essentiel, cette énergie se limite encore au bois de chauffe, aux déchets organiques et au pétrole lampant, a expliqué Macky Sall qui présidait la cérémonie d'ouverture du troisième sommet de l'énergie en Afrique. Il a précisé que la biomasse traditionnelle représente encore 39 pour cent de la consommation énergétique du continent africain. Macky Sall a souligné que malgré une nette progression qui a permis de tripler la consommation énergétique du continent au cours des trente dernières années, la part de l'Afrique représente aujourd'hui 5 pour cent de la demande mondiale en énergie. Selon lui, cette situation alarmante contraste avec les énormes ressources pétrolières du continent. Nos réserves d'hydrocarbures sont estimées à 133 milliards de barils de pétrole soit 7 pour cent des ressources mondiales et celles de gaz naturel à 10.600 milliards de mètres cube, a encore dit le chef du gouvernement, selon qui l'Afrique possède 6 pour cent des réserves mondiales de charbon et un potentiel hydroélectrique de 1.300 TeraWattheures par an, dont seulement 6 pour cent sont valorisés. Face au défi du développement et aux perspectives de progrès économique et social, une meilleure exploitation de cet important potentiel n'a jamais été aussi urgente, a-t-il affirmé. Il a ajouté qu'au cours des 30 prochaines années, la demande en énergies primaires devrait augmenter en moyenne de 2,6 pour cent par an, la demande en pétrole devrait tripler et les besoins en gaz naturel quadrupler. La consommation du secteur des transports continuera d'augmenter à un rythme moyen de 3,5 pour cent par an, a poursuivi Macky Sall, soulignant que c'est l'un des principaux facteurs de la croissance de la demande énergétique. Le Premier ministre a également indiqué que le secteur traditionnel verra sa demande en produits pétroliers, notamment le gaz de pétrole liquéfié et le pétrole lampant, augmenter de 4,4 pour cent en moyenne par année jusqu'en 2030. AD/CTN