La dette de Dakar vis-à-vis de Washnigton annulée

Economie

Dakar, 19 nov (APS) - Le ministre de l'Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, et l'ambassadeur des Etats-Unis à Dakar, Richard Allan Roth, ont signé vendredi à Dakar, un accord portant annulation du stock au 1er avril 2004 de la dette du Sénégal vis-à-vis de Etats-Unis. Cet accord qui porte sur un montant de quatre milliards de francs CFA environ (7,815 millions de dollars) fait suite, selon M. Diop, à un précédent accord signé en 2001, consacrant l'effacement de toute la dette du Sénégal vis-à-vis des Etats-Unis. Par cet accord, non seulement les Etats-Unis ont donné entièrement leur contribution telle qu'elle a été déterminée dans le document du point de décision de juin 2000, mais sont également allés plus loin en accordant un allègement additionnel comme l'ont recommandé du reste les pays membres du Club de Paris le 9 juin 2004, a-t-il précisé. L'annulation de la dette à laquelle il est procédé aujourd'hui marque un début, et non une fin, a dit M. Roth avant d'ajouter: l'argent épargné du service de la dette de votre pays servira à des investissements dans de nouvelles écoles, de nouveaux centres de soins et de nouveaux programmes sociaux dont bénéficiera le peuple sénégalais. Ainsi, la dette est devenue un atout qui va s'inscrire dans les efforts que vous déployez pour créer des conditions de vie meilleure, a encore dit le diplomate américain soulignant que cette dette sera transformée en un nouveau plan de dépenses budgétaires pour les services sociaux du gouvernement du Sénégal. Il a, par ailleurs, rappelé que l'annulation représente également la réussite des efforts déployés par le Sénégal au niveau des obligations macro-économiques, fiscales et sociales sur lesquelles il s'était engagé avec les bailleurs de fonds dans le cadre de l'Initiative des pays pauvres très endettés (PPTE). L'objectif principal du PPTE est d'alléger l'endettement des pays pauvres très endettés (PPTE) est de ramener l'endettement de ceux qui poursuivent de bonnes politiques économiques à un niveau soutenable, afin d'éviter que le poids élevé de leur dette et des charges de services excessives ne compromettent leurs efforts d'ajustement et de réformes. BK/CTN