Jean Marie Bassène promet la transparence dans la gestion de la reconstruction de la Casamance

Economie

Ziguinchor, 18 nov (APS)- Le directeur de l'Agence nationale pour la relance des activités économiques et sociales en Casamance (ANRAC), Jean Marie Bassène, a promis d'oeuvrer pour que la transparence règne dans la gestion du programme de reconstruction de la région sud. Je veillerai sur la transparence, a-t-il dit, s'exprimant lors de l'atelier de la Banque mondiale sur le Programme d'urgence d'appui à la reconstruction de la Casamance (PARC) ouvert mercredi à Ziguinchor (454 Km au Sud). Tout le monde saura ce qui se fait. Nous donnerons à chacun la possibilité d'apprécier ce qui se fait, a-t-il poursuivi. Selon lui, le développement de la région ne doit pas servir de prétexte pour développer certaines personnes. Je veux faire en sorte que les financements servent à appuyer le développement des populations. Nous allons veiller (...) à ce que personne ne nous mène en bateau, a-t-il encore dit avec force. L'ANRAC a été créée en juillet 2004 par le gouvernement du Sénégal dans le but de faciliter la restauration rapide d'un environnement économique et social en Casamance, et d'y poser les bases d'un développement à long terme. Parmi les missions de l'ANRAC figurent la coordination des activités de reconstruction en Casamance, la démobilisation et la réinsertion des combattants et de leurs familles. L'atelier de la Banque mondiale sur le Programme d'appui à la reconstruction de la Casamance (PARC) vise entre autres à permettre aux participants de comprendre l'importance de la passation des marchés et les principes de base qui gouvernent les procédures de passation des marchés de la Banque mondiale. Mais les participants ont aussi pu s'informer sur le système de gestion financière des projets de la Banque mondiale ainsi que sur le système de gestion financière du PARC. Le PARC, dont le financement s'èlève à 11 milliards de FCFA vise à soutenir le Programme de relance des activités économiques et sociales en Casamance. Programme multisectoriel et multibailleurs, il a aussi pour objectif de faciliter la restauration rapide d'un environnement économique et social favorable en Casamance, semblable à celui existant dans le reste du Sénégal et poser les bases d'un développement durable à long terme dans la région tout en respectant entièrement ses spécificités. Les objectifs opérationnels du PARC concernent la démoibilisation et la réinsertion des combattants et autres victimes directs du conflit ainsi que leurs familles, l'élaboration d'un programme de développement à long terme. On cite également la reconstruction et la réhabilitation des grandes infrastructures publiques, sociales et économiques en Casamance dans les secteurs du transport, de la santé et de l'éducation. Selon les responsables de la Banque mondiale qui ont pris part à l'atelier, toutes les conditions seront remplies vers la mi-décembre pour le démarrage des activités du PARC. ASG/CTN