Le chef de l'Etat appelle à un choix clair pour une bonne gestion des ressources

Agriculture

Dakar, 3 nov (APS) - Le chef de l'Etat Me Abdoulaye Wade a souligné mercredi à Dakar la nécessité pour les hommes de se fixer un cap clair en matière de gestion des ressources, ajoutant qu'une telle attitude procède dune organisation efficace s'opérant dans des cadres comme les organismes de bassin. Pour une valorisation saine et durable, l'humanité a besoin de fixer un cap clair,celui du bon choix en matière de gestion d'une ressource durable si précieuse(...). Ce choix doit procéder d'une structuration idoine et d'une organisation efficace de la gestion des ressources en eau à travers des cadres comme les organismes de bassin, a notamment déclaré le chef de l'Etat en présidant la première assemblée mondiale du Réseau africain des organismes de bassin (ROAB) et des commissions internationales et des organismes de bassins transfrontaliers. Je suis persuadé que l'éminente assemblée qui se tient aujourd'hui à Dakar, formée des organismes de bassins du monde et des autres acteurs de la scène de l'eau, saura nous proposer de nouvelles pistes de coopération et de gestion au bénéfice de tous, a ajouté Me Wade, par ailleurs, président de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Ayant à ses côtés, le Premier ministre Macky Sall et plusieurs membres du gouvernement, le Président de la République a souligné que dans l'espace OMVS qui regroupe le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, les fluctuations erratiques de la pluviométrie se mêlent aux effets d'un environnement bioclimatique coercitif au point d'accentuer, par endroit et localement, les implications de la crise observée à l'échelle mondiale. Après avoir souligné la nécessité de donner une "nouvelle impulsion à l'intégration africaine en développant un modèle réussi de coopération sous régionale, au service d'un développement soutenu", il a estimé qu'il est heureux de constater que face à la crise hydrique avec laquelle nous sommes confrontés, l'homme a pu concevoir et créer des moyens aptes à corriger les implications pernicieuses. SBS/CTN