Le Pr. Abdoulaye Sakho appelle l'Etat à mettre fin à la crise du football

3

Dakar, 12 juil (APS) - L'Etat doit intervenir pour mettre fin à la situation de crise que vit le milieu du football au Sénégal, a soutenu jeudi le Pr. Abdoulaye Sakho, enseignant de droit à l'université de Dakar et co-auteur d'un livre consacré au football sénégalais et qui doit paraître vendredi. Si les acteurs du mouvement associatif n'arrivent même plus à régler leurs différends, il faudra que l'Etat prenne ses responsabilités et intervienne, a-t-il dit dans un entretien avec l'APS. Observateur du football sénégalais, l'ouvrage à paraître du Pr. Abdoulaye Sakho, écrit en collaboration avec le magistrat Cheikh Diassé, s'intitule : Gestion du football sénégalais : Onze éléments pour comprendre. Revenant sur les difficultés actuelles du football sénégalais, le professeur Sakho souligne que 'si ça continue, il y a de fortes chances que l'Etat dise à la FIFA : +j'ai concédé à votre antenne locale le secteur, je reprends mon bien+. La crise du football sénégalais a atteint son paroxysme avec l'exclusion de huit clubs de division 1 du championnat national et la mise sur pied, par ces derniers, de deux tournois, en marge des compétitions officielles de la Fédération sénégalaise de football (FSF). Supporter du Casa Sports et de l'ASC les Jaraaf où il a été intégré la commission Ethique, le professeur Sakho pense que la situation actuelle milite en faveur de l'intervention de l'Etat. A mon avis, l'Etat devrait s'immiscer maintenant et ce sera à juste titre, a-t-il dit. Pour avoir concédé la gestion du football à un démembrement de la FIFA, la Fédération de football locale, l'Etat doit avoir senti que les choses ne se passent pas dans les intérêts du football et de ses pratiquants, a-t-il précisé. Selon lui, la société du football a montré son incapacité à trouver une solution à ses différends. Et celui qui a le plus d'autorité, c'est l'Etat du Sénégal. Le Pr. Abdoulaye Sakho et Cheikh Diassé, un magistrat exerçant à la Cour des comptes, feront face à la presse vendredi à partir de 17h à la Piscine olympique nationale. SD/BK