217.000 tonnes de poissons débarquées en 2003 dans le département de Mbour pour un chiffre d'affaires de plus de 25 milliards de F.CFA

Economie

Mbour 27 oct (APS) - La production halieutique totale du département de Mbour (80 Km à l'Est de Dakar) est estimée à 217.000 tonnes de poissons, crustacés et mollusques pour un chiffre d'affaires de 25 milliards 500 millions de F.CFA en 2003 contre 160.000 Tonnes de poissons, enregistrées en 2002 pour un chiffre d'affaires de 31 milliards de F.CFA. L'annonce a été faite par le chef du service départemental des pêches et de la surveillance côtière, Babacar Mbaye qui précise, dans un entretien accordé à l'APS que ce tonnage était en 2000 de 203.000 tonnes pour une valeur commerciale estimée à 16 milliards de F.CFA. L'importance de la valeur commerciale de la production de 2002, s'explique, selon Babacar M'baye, par le succès commercial de la pêche au poulpe. Au niveau du quai de pêche de Mbour dont la gestion est confiée au GIE And Liguey Téfess, il a été débarqué pour la même période, environ 55.500 tonnes de poissons, pour une valeur commerciale estimée à 7 milliards 750 millions de F.CFA, soit 46 pour cent en valeur des mises à terre du département, débarquées au cour de la même année. Tandis qu'en 2004, le quai de pêche de Mbour a généré du 1-er au 31 août 2004 en recettes brutes qui s'élèvent à 6 millions 800.000 F.CFA. Selon M. Mbaye, Les "espèces nobles" sont mieux commercialisés au niveau des mareyeurs locaux, fournisseurs des usines exportatrices, ce qui, a-t-il précisé explique l'importance de leur coût. Cependant le mareyage vers les régions et les usines de Dakar absorbe 65 pour cent de la production tandis que 33 pour cent sont destinés à la transformation artisanale du poisson, contribuant ainsi, d'après M. Mbaye, à la valorisation des excédents de production. Le sous-secteur de la transformation artisanale contribue largement à la ouverture en protéines animales des populations de l'arrière pays et sert d'appoint dans les zones côtières et les grands centres urbains, a-t-on fait observer. Selon la même source, le secteur de la transformation est aussi un grand pourvoyeur d'emplois, du fait de son rôle d'occupation professionnelle de milliers de foyers, grâce aux emplois directs qu'il génère. Dés lors, l'aménagement des sites de travail, l'amélioration des capacités organisationnelles des femmes, l'introduction de nouvelles technologies et la mise en place d'un système de crédit adapté, constituent, selon M. Mbaye, un grand espoir pour l'augmentation des revenus. Construit en l'an 2000 sur le budget consolidé d'investissement, le quai de pêche de Mbour, à l'instar du site de transformation artisanale des produits halieutiques de Mballing (6 Kms de Mbour), est réalisé sur le domaine maritime. En ce moment le programme d'appui à la pêche artisanale, financé grâce à l'Union européenne et à l'Agence française de Développement, est en train de réaliser des investissement complémentaires aussi bien à Mballing qu'au niveau du quai de pêche de Mbour. A Mballing les investissements s'élèvent à 463 millions de F.CFA et concernent la réalisation d'ateliers de travail, des vestiaires, des magasins de stockage des produits, des routes pou faciliter l'accès au site des blocs sanitaires, une plate-forme d'accès pour faciliter le transport des produits par les véhicules et charrettes. Le GIE professionnel de ladite localité a été formé pour être en mesure de gérer et d'exploiter le site. Quant au quai de pêche de Mbour, 89 millions de F.CFA y on été investis pour la construction d'une station d'épuration et de récupération des eaux usées et pluviales, ce qui, selon les techniciens, va améliorer les conditions de travail. L'état en tant que propriétaire dudit ouvrage a signé une convention de concession avec la Mairie de Mbour, le 30 mai 2002, laquelle a signé, à son tour, une convention d'exploitation et de cession avec le GIE interprofessionnel "And Liguey Téfess". Ce GIE gère depuis septembre 2003 le quai de pêche au nom de la Commune de Mbour. Un comité de supervision tripartite, composé du service départemental des pêches représentant le Ministère de l'Economie maritime, la Mairie de Mbour et le GIE And Liguey Téfess est mis sur pied par la convention signée entre la Municipalité et le GIE. Selon les termes de la convention, sur l'ensemble des recettes déduites des charges autorisées, la Mairie bénéficie d'une redevance de 20 pour cent et le GIE' 20 pour cent. Toutefois 10 pour cent sont prévus pour la formation professionnelle, alors que 50 pour cent sont destinés à un fonds de réserve qui servira à la maintenance et à la réparation des différentes infrastructures. Le Département de Mbour compte 11.000 pêcheurs, 2800 pirogues dont 1900 au niveau local, soit 68 pour cent et 900 saisonniers venant d'autres localités du pays, soit 32 pour cent. ADJ/IN