Diabé Siby, diretrice du BSDA: la promotion de la culture justifie l'extension au folklore des dispositions de la propriété intellectuelle

Economie

Dakar, 27 oct (APS) - La directrice du Bureau sénégalais du droit d'auteur (BSDA), Diabé Siby, a déclaré mercredi à Dakar que le souci de promouvoir la culture justifie l'extension, au folklore de certains pays africains, de dispositions liées à la protection de la propriété intellectuelle. A l'opposé de certains pays, européens notamment, où le folklore est libre de toute protection, des pays africains (Cameroun, Côte d'Ivoire, Mali et Sénégal) protègent leur folklore dans une perspective d'appui et de promotion des initiatives culturelles. Mme Siby s'exprimait sur l'état des lieux de la protection des droits de propriété intellectuelle au Sénégal, au cours d'un atelier initié par le Projet de promotion des exportations du Sénégal (PPES). Elle a précisé qu'un système de tarification spécifique est appliqué à cet effet par ces pays qui est évalué à 50 pour cent du montant de l'exploitation des œuvres qui sont sous délais de protection légale. La directrice du BSDA, également experte à l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), a par ailleurs expliqué les dispositions minimales contenues dans l'Accord sur les aspects du droit de propriété intellectuelle liés au commerce (ADPIC) par le fait qu'aucun pays, pris isolément, ne peut participer au commerce international. Le PPES est un programme d'appui au développement des exportations et d'assistance en négociations commerciales internationales. Initié par le ministère du Commerce, il est financé par l'Agence américaine pour le développement international et piloté par la firme américaine Bearing Point. Le Projet de promotion des exportations du Sénégal (PPES) a initié depuis le 25 octobre dernier une série d'ateliers sur le pagne tissé et sur les négociations commerciales. Les rencontres prennent fin jeudi à Dakar. BK/CTN