Les autorités maritimes retirent la nationalité sénégalaise à deux navires de pêche russes

Economie

Dakar, 26 octobre (APS) - Le secrétaire général du ministre d'Etat, ministre de l'Economie maritime, Saliou Rama Kâ, a annoncé, mardi à Dakar, le retrait de la nationalité sénégalaise à deux navires battant pavillon russe. Le ministre d'Etat, ministre de l'Economie marchande, Djibo Leïty Kâ, a pris la décision après avoir reçu la confirmation des diplomates russes à Dakar de l'appartenance des navires à la Russie, a dit Saliou Rama Kâ au cours d'un point de presse sur la régularisation des actes de nationalité des navires. Le Briz II et le Briz III, les deux navires de pêche, ont acquis la nationalité sénégalaise en 1998 conformément à la réglementation sénégalaise, or un navire ne peut pas posséder deux nationalités différentes. Il n'y a pas une quelconque enquête pour obtenir la nationalité d'un bateau. Il suffit tout juste de fournir les documents nécessaires pour obtenir la nationalité demandée, a expliqué le directeur de la marine marchande Alpha Mbaye intervenant lors du point de presse. Les autorités sénégalaises rejettent toute responsabilité dans cette affaire et renvoient à leurs homologues russes ceux qui veulent intenter une action en justice pour des dommages ou réparations. Les navires sont sous la responsabilité de l'autorité russe, les gens qui demandent des réparations devront s'adresser aux autorités russes, a martelé le secrétaire général du ministre d'Etat, ministre de l'Economie maritime. La décision de retirer la nationalité sénégalaise aux deux bateaux russes est intervenue à la suite du litige entre une société de pêche sénégalaise dénommée Atlantique Pêche, d'une part, et, d'autre part, la société tunisienne la COGEP. Toutes les deux réclament la propriété des navires. Toutefois, le retrait de la nationalité sénégalaise aux deux navires ne signifie pas qu'ils doivent quitter le port ou qu'ils doivent être coulés. Seules les conditions de flottabilité déterminent leur coulage ou leur largage, a expliqué le commandant de la capitainerie ajoutant que s'ils ne gênent pas la netteté du plan d'eau du port il sera difficile de leur fixer un délai pour qu'ils quittent le port. CR/BS/CTN