Mariam Daffé, directrice du PPES: le Sénégal peut vendre, grâce au pagne tissé, quelque chose d'unique et de particulier

Economie

Dakar, 25 oct (APS) - La directrice du Projet de promotion des exportations du Sénégal (PPES), Mariam Daffé, a souligné que le développement de la filière du pagne tissé permettrait au Sénégal de vendre au monde quelque chose qu'il a d'unique et de particulier. Mme Daffé qui s'exprimait lors de l'ouverture, lundi à Dakar, des ateliers du PPES consacrés au pagne tissé, a ajouté que le Sénégal dispose d'avantages comparatifs dans cette filière particulière qui dispose d'un marché important aux Etats-Unis, au Japon et au Canada. Cette rencontre, à l'initiative du PPES, du ministère sénégalais du Commerce et de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) est axée sur les opportunités de la filière du pagne tissé, les contraintes pour son développement ainsi que les stratégies commerciales appropriées à ce produit. Il y a des contraintes connues mais des problèmes spécifiques à chaque structure, a dit la directrice du PPES. En raison de ces originalités, le Projet de promotion des exportations du Sénégal a, selon elle, initié une approche personnalisée. Plusieurs intervenants, acteurs de la filière du pagne tissé, ont également identifié d'autres contraintes au développement du secteur et qui concernent, entre autres, les conditions techniques de production, la disponibilité et la qualification de la main-d'œuvre, les difficultés d'écoulement des produits. Ousmane Sané, représentant l'USAID qui appuie le PPES, a dit qu'il est extrêmement important et urgent de faire croître très sensiblement les exportations du Sénégal en général, ajoutant que les contraintes liées au développement du secteur du pagne tissé en particulier doivent être d'autant plus levées que le Sénégal dispose, dans ce domaine, d'énormes potentialités. Il a souligné que si le Sénégal veut aborder un champ de croissance économique qui lui permettra de lutter efficacement contre la pauvreté, il devra absolument mettre le point sur les exportations. M. Sané a rappelé que si le taux de croissance actuel de l'économie sénégalais (5 pour cent) s'avère insuffisant pour lutter durablement contre la pauvreté, c'est en raison du fait qu'essentiellement, la croissance économique est tirée de l'intérieur. Le PPES est un programme d'appui au développement des exportations et d'assistance en négociations commerciales internationales. Initié par le ministère du Commerce, le PPES est financé par les Etats-Unis à travers l'USAID et dirigé par la firme américaine Bearing Point. BK/CTN