L'UNACOIDEFS n'est pas une organisation va-t-en guerre encore moins xénophobe, selon son président

Economie

Dakar, 20 Oct.(APS) - Le président de l'union nationale des commerçants et industriels pour le développement économique et financier du Sénégal (UNACOIDEFS), Moustapha Diop a souligné mercredi à Dakar, que son organisation n'est pas une va-t-en guerre contre l'Etat et n'a pas pour habitude de tenir des propos xénophobes contre qui que ce soit. M. Diop qui s'exprimait lors d'un entretien accordé à l'APS, a indiqué que L'UNACOIDEFS a des objectifs pour assurer le développement économique du Sénégal et non de contrer les actions de l'Etat, contrairement à ce qu'on véhicule à gauche et à droite pour la discréditer. Depuis sa création en 1994, a-t-il poursuivi, l'UNACOIDEFS œuvre pour la sensibilisation et l'organisation des commerçants afin de les pousser vers des projets économiques. Selon lui, les autorités de la République ne comprennent pas la démarche de L'UNACOIDEFS, qui n'est rien d'autre que le renforcement de l'économie nationale à travers les activités commerciales et la création d'emplois pour permettre à des milliers de jeunes sénégalais de trouver des moyens de participer concrètement au développement du pays. Moustapha Diop a noté que les revendications déposées sur la table de gouvernement sont conformes aux principes d'une économie moderne. Il a indiqué que la situation des commerçants chinois au Sénégal a été mal interprétée et que le souhait de son organisation n'est pas pour l'expulsion de ces derniers vers les frontières, mais la régularisation de leur situation qui à leurs yeux est nébuleuse. Nous voulons la transparence dans ce dossier, concernant plus particulièrementla délivrance des visas, les papiers qui les autorisent à exercer le commerce au Sénégal, a-t-il ajouté. En ce qui concerne la Guérite de Bargny, M. Diop précise que cette situation est anormale et est contraire aux accords de l'UEMOA. Pour lui, les marchandises sont au Sénégal ne doivent pas subir de taxes douanières, ainsi que l'impôt synthétique, qui doit être revu et permettre à l'Etat de recouvrer les taxes sur toutes les importations. Le président national de l'UNACOIDEFS signale par ailleurs que les propositions faites par les commercants participent à régler définitivement les problèmes sur les fraudes douanières. Moustapha Diop a aussi précisé que son organisation n'est pas contre le président Abdoulaye Wade, ni contre son gouvernement, estimant que l'Etat doit apporter plus de considération et d'attention à cette frange importante de l'économie du pays. Le Sénégal est aujourd'hui un pays fortement commercial et les autorités doivent écouter les commerçants et essayer de résoudre leurs doléances pour l'intérêt du pays, a-t-il soutenu. Le président national de l'UNACOIDEFS signale que son organisation a déjà mis en œuvre plusieurs actions pour faire avancer l'économie, avec la mise en place de mutuelles d'épargne et de crédit pour le financement des activités commerciales, ainsi que des projets dans l'habitat et dans l'agriculture. BD/OF