Le processus de privatisation incombe principalement à l'Etat du Sénégal, rappelle le DG de la SONACOS

Economie

Dakar, 16 oct (APS) - Le directeur général de la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACOS), Khadim Guèye a rappelé que le processus de privatisation de la société incombe principalement aux autorités de l'Etat du Sénégal. Il ne faut pas oublier que la SONACOS est une société d'Etat. L'Etat est très largement majoritaire. Le processus de privatisation a démarré depuis deux ans. Les appels d'offres ont été lancés. La commission qui s'occupe du dossier est en train de trouver une solution au problème de la privatisation, a dit M. Guèye dans un entretien diffusé samedi sur la Radio Futurs Médias (RFM, privée). La commission est dirigée par le ministère de l'Economie et des Finances, et comprend d'autres structures. L'Etat du Sénégal dispose aujourd'hui de 80,19% des actions de la société et envisage de céder jusqu'à 66% à l'adjudicataire définitif. Selon une source proche du consortium ADVENS, adjudicataire choisi par la commission chargée du dossier de la privatisation, le groupe attend toujours d'être confirmé comme repreneur de la SONACOS. Le consortium a été le seul à avoir su satisfaire aux préoccupations des autorités sénégalaises qui lui a attribué une note de 80 points sur 100 pour son offre technique (...) Les autorités sénégalaises ne sont toujours pas prononcées sur l'offre du consortium, a indiqué la même source dans un document parvenu à l'APS. Khadim Guèye a dit que ce qui intéresse la SONACOS, après que (nous) avons donné toutes les informations techniques, comptables et financières à la commission qui s'occupe du dossier, c'est de continuer à faire de la SONACOS une bonne société, une société rentable qui continue à préserver les emplois. Une société qui joue son rôle moteur dans la filière arachidière. Selon lui, l'assurance de garantie de préservation des emplois est du ressort de l'Etat. L'Etat du Sénégal considère comme prioritaire la sauvegarde des emplois. Il est absolument certain que la condition première de l'Etat, c'est le maintien des emplois, a-t-il assuré, estimant que cela est d'autant plus normal que la société, même non privatisée, donne les garanties de maintien de l'emploi. Aujourd'hui, la SONACOS est une société qui a été financièrement assainie, et qui a retrouvé un équilibre. C'est une société qui a une production dynamique et permanente, a encore dit Khadim Guèye. ADC