Anne Marie Sow Sall publie Droits humains et micro-activités, un livre chevet pour femme épanouie

1

Dakar, 11 avr (APS) - La présidente de l'Association des femmes et jeunes de la diaspora pour le développement socio-éducatif et agricole de l'Afrique (AFDEAA), Anne Marie Sow Sall, a publié récemment un livre chevet destiné principalement à ses sœurs qui pourront y trouver matière à mener une vie épanouie, fondée sur le droit, les bonnes règles d'hygiène et les saines occupations domestiques. Intitulé simplement Droits humains et micro-activités, l'ouvrage rédigé avec le concours d'un sociologue et d'enseignants spécialisés principalement dans l'économie familiale, s'avère au fil de sa centaine de pages, un véritable bréviaire pour femme aspirant à une vie de famille réussie, connaissant ses droits et ses devoirs, mais également capable de gérer son foyer et son corps pour le plus grand profit de sa progéniture. Rédigé en deux parties, l'ouvrage s'ouvre sur celle dénommée connaître ses droits, comprendre ses devoirs où l'auteur, par ailleurs, chef de division qualité à la direction de l'éducation préscolaire se lance d'emblée dans l'explicitation du concept genre, avant de faire le point, chiffres et références à l'appui, sur les acquis dans les droits des femmes au Sénégal et au plan international, sans oublier leurs points de revendication actuelle. Mme Sall dont on apprécie au fil des pages la simplicité et la concision apportées dans l'écriture pour mieux se faire comprendre, reconnaît à ce sujet qu' en dépit des acquis enregistrés dans le domaine de la lutte pour l'égalité, la situation de la femme sénégalaise reste dominée pour l'essentiel par une exclusion, une marginalisation d'où un faible accès aux ressources, aux services sociaux de base, une insuffisante prise en compte dans les politiques et programmes. A l'appui de son réquisitoire pour le droits des femmes, l'auteur n'hésite pas à convoquer le Coran, soulignant dans divers recours au Livre sacré le souffle divin reçu par l'homme et la femme, le fait que nulle part il n'y est mentionné que les hommes sont supérieurs aux femmes, que la grossesse et l'accouchement sont des raisons supplémentaires pour aimer et apprécier les femmes et non comme punition pour +avoir mangé du fruit défendu+. Poursuivant son effort d'explicitation, Anne Marie Sow Sall parle de l'état civil, de la déclaration de naissance et de décès, du mariage, de ses deux types (célébré et constaté), du divorce, de ses causes et effets. Le point de vue de l'islam sur le vie à deux, les violences faites aux femmes, les dangers du xeesal (dépigmentation de la peau) et des aphrodisiaques sont autant de points qu'aborde l'auteur qui aborde aussi l'éducation des enfants --l'AFDEAA qu'elle dirige s'investit depuis 2000 dans leur protection---et décortique les procédures juridiques dans lesquelles on doit s'engager pour obtenir réparation d'un préjudice lié notamment à l'agression, à la calomnie et au cambriolage. Mme Sall qui va jusqu'à entretenir ses lecteurs de l'attitude à avoir après le dépôt d'une plainte, déplore, à ce sujet, avec juste raison, que la méconnaissance, la lenteur, le coût onéreux et la complexité des procédures juridiques ajoutés à une peur du prétoire sont des causes de la non effectivité des droits humains et des femmes en particulier. Guidée par le même sens pratique, Mme Sall aborde dans la deuxième partie de son ouvrage la gestion du budget familial, la création d'un GIE et l'élaboration d'un projet, en passant par le micro-jardinage où, schéma à l'appui, elle explique comment ont peut soi-même, à partir de matériaux récupérés (sauf le fer !) se confectionner un bac de culture. De la même manière, Anne Marie donne, entre autres, les recettes pour l'élaboration d'un enivrant nemali (encens), d'un bon parfum, la préparation du poisson séché ou fumé, de jus de fruits et de...ceintures de rein à base de Dank dont le double rôle esthétique et parfum n'est plus à démontrer. Agée de 41 ans et professeur d'économie familiale et sociale de formation, Mme Sall dirige depuis 20 ans les destinées de l'AFDEAA et elle est aussi la secrétaire aux finances de la Coalition sénégalaise des défenseurs des droits humains (COSEDDH). En partenariat avec des bénévoles de l'AFDEAA, elle a créé en 2003 la Maison d'encadrement et de réinsertion des enfants de la rue (MERERUE) à Saint-Louis. CTN