Le Sommet extraordinaire de l'UMOA est le meilleur que l'Union ait tenu, selon Wade +++ Envoyé spécial: Ibrahima Niane +++

Economie

Niamey, 11 oct (APS) - Le Président de la République, maître Abdoulaye Wade, a déclaré que le premier Sommet extraordinaire de l'Union économique et monétaire ouest-africiane (UEMOA) qui s'est déroulé lundi à Niamey est, de l'avis des chefs d'Etat, le meilleur qu'on ait tenu au sein de l'UMOA. Les questions posées étaient autrement plus importantes que celles qui figuraient dans les ordres du jour des autres sommets. Ensuite, on s'est expliqué, document en main ce qu'on a jamais fait parce qu'auparavant ce sont les ministres qui dialoguent avec le gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest et nous font un rapport et nous nous en contentons, a dit Me Wade qui s'exprimait, peu aprés la fin du sommet. Outre le président Wade, ont pris part à la rencontre, les chefs d'Etat Mamadou Tandja (Niger), Amadou Toumani Touré (Mali) et Mathié Kérékou (Bénin), le Premier ministre Togolais, les ministres des Finances de la Guinée-Bissau, du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire. Cette fois-ci, nous sommes allés au fond des choses, a-t-il dit, affirmant que nous avons une des meilleures monnaie du monde en ce sens que son taux de couverture, est estimé à 117 pour cent. Je ne suis pas sûr que dans le monde il existe une monnaie qui ait un tel taux de couverture. Donc, sur ce plan c'est très bien; c'est la sécurisation de notre monnaie qui est une monnaie convertible et solide', a encore Me Wade ajoutant : mais la contrepartie de tout ça c'est on a eu des réserves très importantes. Expliquant cette situation, le chef de l'Etat a indiqué que le paradoxe de la zone CFA, c'est qu'il y a de l'argent partout et on ne peut y accéder. Les Etats ne peuvent y accéder et les entreprises ne peuvent pas y accéder. Nous nous sommes aperçus aussi que notre banque centrale a des réserves très importantes, à plus de 3000 milliards de F.CFA, a-t-il indiqué soulignant que cette somme se trouve dans le compte d'opérations auprès du trésor français. Les chefs d'Etat ont décidé, dans un premier temps, de relever de cette enveloppe 1.000 milliards de FCFA pour les consentir aux Etats comme avances selon des bons du trésor à long terme. Selon Abdoulaye Wade ceci diminuerait un peu les réserves, mais ne changerait rien au taux de couverture de la monnaie qui reste une monnaie stable, solide, une monnaie convertible. Parlant de la gestion du Gouverneur de la BCEAO, Me Wade a indiqué que nous avons félicité le gouverneur pour cette gestion, même s'il a dit qu'il posséde une autre conception concernant les réserves. Dans ma conception de la gestion monétaire, jamais on aurait gardé autant d'argent, on l'aurait investi dans l'économie, a-t-il expliqué. Mais, a-t-il ajouté, les chefs d'Etat sont tombés d'accord sur la nécessité d'investir les sommes tirées des réservés dans des projets qui n'auront pas pour effet d'accélérer l'inflation ou de détériorer la balance extérieure. Si nous nous mettons à importer des biens de l'extérieur, la balance des paiements est toute de suite déséquilibrée et son déséquilibre durable atteint tout notre monnaie, sauf si on a des réserves fortes pour financer les déficits extérieurs, a-t-il averti. Nous avons été très prudents en disant que nous allons prendre des réserves pour financer des projets à deux conditions : pas d'effet sur l'inflation et pas de déséquilibre extérieur, a encore dit le président de la République expliquant: j'ai donné l'exemple d'investissement dans le domaine de l'habitat avec des matériaux locaux qui demandent le moins de produits importés. IN/CTN