Le PNIR va injecter 22 milliards de FCFA à Touba

Economie

Diourbel, 7 oct (APS)- Le Programme national d'infrastructures rurales (PNIR) envisage d'injecter une somme de 22, 650 milliards de FCFA dans la ville sainte de Touba,durant la période 2004/2007, a appris l'APS de source proche de cette structure. Ce financement va servir à renforcer les capacités de la collectivité, améliorer la qualité des ressources humaines, l'accès aux servies sociaux et l'atténuation des déséquilibres spatiaux. A travers ce geste, il s'agit également de créer un environnement propice à la relance et au développement des activités économiques et à la promotion d'une politique soutenue de créations d'emplois et de revenus durables. Au cours de l'atelier de restitution des résultats du diagnostic des maux de Touba tenu recémment avec les populations, il a été beaucoup question de l'amélioration durable des conditions de vie des populations de la communauté rurale de Touba. Le Plan local de développement local (PDL) de Touba a été élaboré avec l'appui du PNIR et de Umbrella Support Unit (USU) dans le cadre d'une approche participative et d'un processus de réflexion qui a regroupé les élus locaux, ls populations, les représentants de la société civile, et des services techniques et partenaires, rappelle-t-on. Ce document de planification stratégique regroupe un ensemble d'actions prioritaires identifié par les populations. La ville de Touba est confrontée à des problèmes d'assainissement notamment l'évacuation des eaux usées et pluviales, la collecte et le traitement des ordures ménagères. En ce qui concerne l'hydraulique, la synthèse du programme de diagnostic participatif a fait ressortir la faiblesse de la couverture en eau dans les quartiers péri-urbains et en zone rurale. Le mauvais dimensionnement du réseau et l'anarchie dans la distribution en zone urbaine, ont été aussi évoqués. Dans le domaine du transport, il a été noté la prolifération de charrettes et de taxis clandestins, l'absence de plan de circulation à Touba-centre, l'insécurité et l'occupation anarchique de l'espace. Au cours de l'atelier plusieurs intervenants ont insisté sur la nécessité de mener une politique soutenue d'accompagnement du développement de la ville. Fondée en 1888 par cheikh Ahmadou Bamba, Touba disposait d'un titre foncier de 400 hectares en septembre 1928. Son extension en 2003, sur une superficie de 564 kilomètres carrés, en fait aujourd'hui la deuxième ville du pays du point de vue démographique, après Dakar. ID/AD/OF