Le Sénégal, premier pays de la CEDEAO en matière de loi contre le blanchiment d'argent

Economie

Dakar, 8 oct (APS) - Le Sénégal est le premier de la classe, dans l'espace CEDEAO, en matière de conformité législative, pour lutter contre le blanchiment de capitaux, révèle un document du ministère de l'Intérieur reçu à l'APS, soulignant que le pays est dans la bonne voie. Le Sénégal est le premier pays de la sous région à avoir adopté une loi conforme aux normes et standards internationaux en la matière, indique la même source non sans préciser qu'il reste à diligenter la mise en œuvre effective de la loi. Cette révélation a été faite à l'issue de l'audience accordée le 8 octobre dernier, par le ministre de l'Intérieur, Cheikh Sadibou Fall, au président du Comité ministériel ad hoc du Groupe intergouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme en Afrique de l'Ouest (GIABA), à la mission conjointe d'évaluation Banque mondiale/ FMI et du Service de traitement de l'information financière (TRACFIN). Le GIABA a été mis en place par 1999 par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), rappelle le texte, ajoutant qu'il a pour but de protéger l'argent du crime, les systèmes financiers et bancaires, les économies nationales des Etats membres. Il cherche aussi à améliorer et à intensifier la lutte contre le blanchiment des produits du crime. Le Comité ministériel ad hoc est l'organe de décision du GIABA. Il est composé de 45 membres dont 3 ministres pour chacun des Etats membres de la CEDEAO. La présidence du comité est tournante et est actuellement présidée par Cheikh Sadibou Fall. La coordination régionale des activités du GIABA, confiée au Sénégal par la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO, est assurée par le docteur Ndèye Elizabeth Diaw. AD/OF