Le Sénégal se dote d'un cadre législatif sur la biosécurité

Agriculture

Dakar, 5 oct (APS) - Le Comité national de biosécurité, mis en place par le ministère de l'Environnement et de la Protection de la Nature, a présenté, mardi au cours d'un atelier de restitution et de validation, un projet de loi visant à réglementer la production, la circulation et l'utilisation des Organismes génétiquement modifiés (OGM) au Sénégal. Ce projet de loi a été examiné par des experts et par l'ensemble des acteurs pour en évaluer la pertinence, la cohérence par rapport aux accords internationaux et textes législatifs nationaux, mais surtout son opérationnalité dans le contexte socio-économique du Sénégal, a déclaré la coordonnatrice du projet de biosécurité, le professeur Yaye Kène Gassama Dia. Selon Mme Dia, l'objectif est de faire des biotechnologies un outil de développement, soulignant que le cadre législatif est le fruit d'un travail de 24 mois. Elle a, en outre, proposé la mise en place d'un bureau de contrôle des OGM, ajoutant que la coopération entre les différents ministères est nécessaire, de même qu'une prise de conscience des communautés à la base par le biais de la sensibilisation. En l'absence de législation appropriée, les semences et produits OGM pénètrent librement au Sénégal, a dit Mme Dia pour qui, il s'avère, dès lors, urgent et indispensable de mettre en place un cadre juridique biosécuritaire, harmonisé au plan sous-régional, basé sur un système d'information efficient, sur un mécanisme institutionnel d'évaluation objective et de gestion appropriée et concertée intégrant l'ensemble des acteurs. Cette loi sur la biosécurité permettra au Sénégal de figurer parmi les tout premiers pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre à disposer d'un système de gestion des OGM aussi complet, indique-t-on. La cérémonie d'ouverture de cet atelier de restitution et de validation a été présidée par le ministre de l'Environnement et de la Protection de la Nature, Modou Diagne Fada. AD/IN