La dégradation de l'environnement macro-économique, une hypothèque au dévelopement du secteur informel (étude)

Economie

Dakar, 2 oct (APS) - La dégradation de l'environnement macro-économique, plus que les dysfonctionnements localisés sur certains marchés, constitue un blocage essentiel au développement du secteur informel, souligne la direction de la Prévision et de la statistique (DPS). Il apparaît que la dégradation de l'environnement macro-économique, plus que les dysfonctionnements localisés sur certains marchés (pénuries, cadre institutionnel adapté, etc.) constitue le facteur de blocage principal du secteur informel, indique la DPS dans une étude parvenue samedi à l'APS. En 2002, les difficultés rencontrées par le secteur informel sont avant tout liés au problème d'écoulement de la production, essentiellement contraint du côté de la demande (faiblesse des débouchés), mais aussi du côté de l'offre (excès de concurrence), ajoute l'enquête intitulé : Le secteur informel dans l'agglomération de Dakar : performances, insertion et perspectives. La gravité de la situation menace l'existence même des UPI (unités de production informelles), déplore le texte qui précise que 58,6 pour cent des unités informelles ont des problèmes de débouchés alors que 63,0 pour cent souffrent d'une concurrence excessive. Par ailleurs, 85,3 pour cent des UPI considèrent encourir un risque de disparition si les tendances actuelles perdurent. Outre la faiblesse des débouchés, l'accès au crédit, plus que son coût, constitue le second facteur de blocage au développement des activités informelles selon la même source qui qualifie, la question de l'accès au crédit, dans ce secteur d'activité, de problème récurrent. Les institutions financières doivent donc se mobiliser pour imaginer les modalités d'une intervention dans ce secteur, compte tenu du rôle essentiel qu'il joue déjà dans les rouages de l'économie sénégalaise, et qu'il est appelé à y jouer dans les années à venir, préconise l'enquête. BK/OF