L'activité touristique a baissé à cause de l'exigence croissante de la clientèle, selon le président de l'association Tours opérateurs +++ Envoyé spécial: Amadou Samba Gaye +++

Economie

Deauville, 1-er sept (APS) - René-Marc Chikli, le président de l'association de Tour Opérateurs, une structure regroupant des tours opérateurs en France, a expliqué la baisse de l'activité touristique au Sénégal par le fait que la clientèle est maintenant devenue plus exigeante. Le Sénégal était devenue une destination refuge avec les attentats du 11 septembre et la recrudescence du terrorisme dans le monde, a-t-il dit, ajoutant cependant que l'activité touristique a effectivement baissé. Je crois que le client devient de plus en plus difficile. Il y a un problème de prix. Il consulte toutes les destinations dans le monde. Et il choisit en fonction d'un rapport de qualité-prix, a expliqué M. Chikli, dans un entretien avec l'envoyé spécial de l'APS. A ces éléments, M. Chikli ajoute la sécurité qui constitue aussi un facteur déterminant dans le choix de la destination par les touristes. Il a, par ailleurs, minimisé l'importance du facteur sécurité dans la baisse de l'activité touristique au Sénégal, estimant que la destination souffre plutôt d'un problème d'image. Ce n'est pas des problèmes concrets comme on peut les vivre. C'est important de développer une imagé de sécurité, a-t-il estimé. L'impression que le Sénégal n'est pas pays sûr s'explique, selon lui, par la confusion créée par la proximité avec la Côte d'Ivoire. Le consommateur confond tout. Il est capable d'associer les problèmes de la Côte d'Ivoire avec ceux du Sénégal, a-t-il expliqué. A ce sujet, il a indiqué qu'il appartient aux tours opérators de rassurer le client sur la destinatkion, soulignant qu'il faut montrer une image pôsitive du Sénégal. Evoquant la Casamance, il a indiqué que cette région ne pose plus de problème en matière de visibilité et de sécurité. Nanmoins, la région sud du Sénégal a besoin de se réformer au niveau de la qualité des produits, a-t-il suggéré. Mais, de façon globale, une politique de communication adaptée au profil du marché sénégalais reste nécessaire. Le Sénégal a besoin de communiquer selon sa taille et ses moyens. Il a besoin de se positionner comme une destination touristique, a-t-il expliqué. En tous les cas, le Sénégal dispose de tous les atouts pour tirer son épingle du jeu, a-t-il souligné. (Il) a déjà tout. C'est l'un des rares pays en Afrique à avoir réussi à développer le tourisme. Il faut que les pouvoirs publics et les professionnels continuent ce développement. Il est impératif qu'ensemble nous puissions remonter cette destination. Nous avons besoin de développer le tourisme au Sénégal, a-t-il dit. ASG/CTN