L'aménagement des zones touristiques se fera désormais sur la base d'un cahier des charges, selon Ousmane Masseck Ndiaye +++ Envoyé spécial: Amadou Samba Gaye +++

Economie

Deauville, 1-er oct (APS) - Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Ousmane Masseck Ndiaye, a annoncé que l'aménagement des infrastructures touristiques se fera désormais au Sénégal sur la base d'un cahier des charges. Il faut clairement définir sur la base d'un cahier des charges les types d'infrastructures hôtelières à réaliser, a dit M. Ndiaye, au cours d'une conférence de presse donnée jeudi à Deauville (Normandie), en marge du Salon Top Résa. Evoquant le cas de la station de Saly Portudal, le ministre a déclaré: ce qu'on a constaté, c'est qu'une zone a été identifiée et déclarée zone à vocation touristique. Le résultat, nous l'avons tous vu : ce n'était pas un tourisme maîtrisé. Désormais, il en ira autrement, a-t-il averti. Nous voulons aujourd'hui que les zones identifiées puissent être aménagées avec un cahier des charges pour que la Société d'aménegament de la Petite Côte (SAPACO) puisse discuter avec les investisseurs sur la base du type de tourisme que nous voulons. A ce propos, il a déploré le fait qu'il n'y a jamais existé de politique d'aménagement au Sénégal, estimant qu'on ne peut pas développer le tourisme en se basant sur un produit. La volonté du gouvernement est aujourd'hui d'assainir le secteur, a-t-il souligné, ajoutant que des textes législatifs sont en préparation, qui permetront de mieux réglementer l'activité touristique. M. Ndiaye a en outre lancé une sévère mise en garde contre ceux qui voudraient introduire le tourisme sexuel au Sénégal. Le pays n'est pas preneur d'un tel de tourisme, a-t-il martelé. Soulignant la ferme volonté du gouvernement de barrer la route à un tel tourisme, il a indiqué que le Sénégal n'hésitera pas à sanctionner les tours opérators qui enfreindraient les règles. Dans la même foulée, Ousmane Masseck Ndiaye a démenti l'existence du tourisme sexuel au Sénégal. Il ne faut pas confondre la pédophilie et la prostitution avec le tourisme sexuel, a-t-il souligné. ASG/CTN