L'Oceanium initie "Narou Heuleuk" pour une meilleure gestion des ressources halieutiques

Agriculture

Dakar, 30 sept (APS) - L'Oceanium, association pour la protection des ressources halieutiques, a initié un projet dénommé "Narou Heuleuk" pour préserver "la part de demain", "en réglementant l'accès à la mer", a déclaré jeudi à Dakar, son président Haïdar El Ali, au cours d'une rencontre avec la presse. "Narou Heuleuk" a vu le jour dans le contexte où les ressources halieutiques sont en baisse", a-t-il dit, avant d'ajouter: nous avons créé des aires marines protégées, en comptant stopper l'utilisation d'engins de pêche destructeurs. A cet effet, il a souligné la nécessité de respecter les tailles marchandes (correspondant à la maturité sexuelle des poissons) des différentes espèces pour la pérennité des stocks. M. Haidar a en outre expliqué que le projet "Narou Heuleuk" appuie les communautés de pêcheurs pour la création de quatre Aires marines protégées (AMP) sur la côte sénégalaise : AMP de Bamboung, communauté rurale de Toubacouta, AMP du Cap Manuel, commune d'arrondissement de Dakar Plateau, AMP de la Petite côte entre Nianing et Ngasobil et AMP de Rufisque - Bargny entre Tiawlène et Ngoud. "Ces aires marines protégées sont des périmètres composés par le +coeur du parc+ (intégralement protégé), où des scientifiques vont observer l'évolution du stock de poissons. Dans l'autre partie, des techniques de pêche responsable peuvent être pratiquées (pêche à la ligne par exemple)" a-t-il noté. Pour ce faire, il suffit, selon lui, de créer des comités de vigilance issus des populations riveraines des dites aires marines protégées. C'est ainsi que des missions de sensibilisation sont menées localement dans les villages de pêcheurs pour les conscientiser et les former à des pratiques de pêche durables et responsables. Selon le président de l'Oceanium, le projet des quatre aires marines protégées s'étend sur cinq années. Nous en sommes à notre troisième année, mais l'association continuera toujours son oeuvre de sensibilisation à la gestion durable et à la protection des ressources halieutiques, a-t-il rassuré. SBS/CTN