Le FSD octroie 12 millions de dollars aux ICS pour l'importation de soufre

Economie

Dakar, 28 sept (APS) - Le Fonds saoudien pour le développement (FSD) a mis à la disposition des Industries chimiques du Sénégal (ICS) une enveloppe de 12 millions de dollars destinée à l'importation de soufre. La convention de financement a été signée mardi à Dakar par le Directeur général des ICS, Djibril Ngom, et le Directeur général du Programme des exportations saoudien, Ibrahim Mofleh. La cérémonie était présidée par le ministre d'Etat, ministre de l'Industrie et de l'Artisanat, Landing Savané. Une première en Afrique de l'Ouest, l'accord de financement traduit, selon les deux parties, le renforcement des échanges commerciaux et les excellentes relations qu'entretiennent le Royaume saoudien et l'Etat du Sénégal. Il (Ndlr: le financement) permet au renforcement des relations entre les deux pays qui sont de grande qualité, a indiqué Landing Savané, soulignant qu'il confirme également l'intérêt particulier de l'Arabie Saoudite pour le Sénégal. Le ministre d'Etat, ministre de l'Industrie et de l'Artisanat a aussi salué la disponibilité et la sollicitude particulières dont ont fait montre les autorités saoudiennes à l'égard du Sénégal. M. Savané a, par ailleurs, estimé que cela facilite l'accès aux ressources et permet aux ICS de continuer à travailler dans de meilleures conditions. Selon le Directeur général du Programme des exportations saoudien -- département du FSD - le programme finance aussi bien le secteur privé que le secteur public et n'entend pas en rester là. C'est une première opération qui ouvre une ère pour une coopération et un partenariat fructueux entre mon pays et le Sénégal, a-t-il dit. A ce propos, une réunion regroupant sa délégation et les industriels sénégalais se tient à la Chambre de commerce de Dakar pour publier la liste des produits dérivés du pétrole importables. Pour sa part, Djibril Ngom a souligné que le financement offrait un taux d'intérêt respectable, soit 6 pour cent au lieu des 8 ou 10 pour cent habituels. Il s'est engagé à faire tout ce qui est en ses possibilités pour qu'un tel partenariat puisse durer aussi longtemps que possible et a espéré qu'il serve d'exemple à d'autres secteurs et entreprises du Sénégal. A long terme, le but visé est la recherche d'un financement global de 30 milliards de dollars auprés des pays arabes et de la Banque islamique pour le développement. Seuls 12 millions venant du FSD ont été octroyés au profit du Sénégal, premier pays de l'Afrique de l'Ouest à bénéficier d'un tel montant. Le programme d'exportation saoudien a déjà dégagé un montant de dix milliards de produits non pétrolier vers 130 pays du monde. Pour le remboursement, M. Ngom a annoncé que les ICS payeront quand elles seront prêtes et le plus important ici c'est le mode de payement des matières premières. BS/CTN