Le directeur technique national parle des derniers instants de Fanta Keïta

3

Dakar, 4 nov (APS) - Alassane Thioub, directeur technique national du judo, dépêché aux chevets de Fanta Keïta blessée lors d'un stage au Maroc, a raconté avoir trouvé une championne calme et qui croyait qu'elle allait se remettre de cet accident qui lui a finalement coûté la vie. Fanta Keita, 25 ans, est décédée lundi à Rabat. Inhumée jeudi à Dakar, la championne sénégalaise a été décorée, à titre posthume, dans l'Ordre national du Lion par le Premier ministre Macky Sall. Je l'ai trouvée consciente. J'ai trouvée Fary Sèye (une autre judoka en stage au Maroc) à côté d'elle en train de lui donner à boire, a relaté Alassane Thioub dans l'édition du samedi du quotidien Walf sports. Vraiment, on avait confiance et ce que je peux dire, c'est que j'ai trouvé une Fanta calme et qui croyait qu'elle allait se remettre de cet accident qui lui avait brisé les verticales, a-t-il ajouté. L'opération n'avait posé aucune inquiétude au chirurgien qui nous disait qu'elle allait s'en remettre. Nous craignions une paralysie ou d'autre séquelles (.) mais tout s'est bien passé, a-t-il poursuivi. Le lendemain, elle a rigolé avec nous et j'ai alors parlé à son médecin qui l'a autorisée à parler au téléphone. Quand elle a joint sa maman, elle a même essayé de lui remonter le moral en lui disant que ça allait. Parlant des camarades d'entraînement de la championne sénégalaise, il a dit : au début, on leur avait interdit de voir Fanta. Ensuite, on en a admis quelques uns. Et le médecin qui l'avait opérée est venu ce jour-là pour faire des tests de sensibilité. Il lui a pincé les mains, les doigts et tous le corps pour avoir ses réactions. Elle n'arrivait pas à bouger les doigts, car elle disait qu'elles étaient trop lourdes, mais elle sentait bien son corps. Les tests avaient donc réussi et le médecin avait bon espoir. Nous sommes alors partis, confiants, a-t-il dit. Malheureusement, c'est à 5h du matin le lendemain qu'elle rendra l'âme. On nous a réveillés comme ça pour nous dire que Fanta est partie, a rapporté le directeur technique national du judo. Interrogé sur le partenaire libyen de la championne sénégalaise qui l'avait blessée, Alassane Thioub a dit que ce dernier a pu parler avec Fanta Keïta. Vous savez, j'ai même peur pour ce dernier, car ils étaient de vrais amis. Ça va le marquer toute sa vie. Mouhamed (partenaire d'entraînement de la défunte) est abattu. Mais c'est un croyant. Nous lui avons dit que c'est le destin de Fanta. Il a pleuré, il a prié. Mais je pense que ça va le marquer toute sa vie. Je ne peux pas expliquer ce qui se passe dans sa tête mais Mouhamed était vraiment malheureux. Prié de dire comment l'accident s'est passé, il a répondu : ce n'est rien, mais c'était le destin....Dieu a voulu que ça se passa ainsi. On ne peut pas dire que cela s'est passé à l'entraînement, c'est avant l'entraînement. Vous savez qu'au judo, il y a une cérémonie de salutations. Mouhamed était sur le tatami et Fanta, en s'amusant, voulait tenir son kimono pour le taquiner. Mouhamed a alors cherché à se retourner pour voir qui tenait son kimono et l'attraper. Son geste a fait tomber Fanta, a-t-il précisé. Au lieu de se lever, elle s'est prise la tête et c'est après de multiples appels sans réponse qu'ils se sont approchés et l'ont trouvé inconsciente : plus tard, le diagnostic fera état d'une luxation entre les vertèbres cervicales 4 et 5 et la moëlle épinière, selon Alassane Thioub. Double championne d'Afrique de judo (junior et senior), Fanta Keita était pensionnaire depuis six ans du Centre international de judo de Rabat. Ancienne sociétaire du judo club de Grand Yoff (JCY), elle était l'un des espoirs de médailles du Sénégal aux prochains Jeux olympiques de 2008 en Chine (Pékin). BK