La présidente de l'AFAO déplore la faible représentativité des femmes dans les instances de décision +++Envoyé spécial : Assane Diagne+++

Présidence de la République

Abuja, 30 oct (APS) - La présidente de l'Association des femmes d'Afrique de l'ouest (AFAO), la Sénégalaise Khady Fall Tall, a déploré la faible représentativité des femmes africaines dans les instances qui décident de leur sort. Nous espérons que si on veut suivre le président Wade sur le terrain de la parité, il faut que cela colle aux réalités. On ne peut pas parler de parité alors que chaque fois qu'on décide du sort de l'Afrique la représentation des femmes varie entre un et trois pour cent, a confié à l'APS Mme Tall. Son organisation est présente dans les 15 pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Khady Fall Tall a participé dimanche à Abuja au deuxième dialogue multisectoriel sur la mise en place du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD). Rappelant que l'AFAO a organisé une première réunion en avril 2001 sur le NEPAD, Khady Fall Tall a souligné que c'est la raison pour laquelle son association ne peut pas être au même niveau que tout le monde. Cela ne dédouane en rien le Secrétariat exécutif du NEPAD à ouvrir les vannes pour que plus de femmes puissent être représentées dans de telles réunions, a-t-elle dit. Le NEPAD, un programme de l'Union africaine, cherche à éradiquer la pauvreté et le sous-développement sur le continent, tout en améliorant les conditions de vie des populations. Ce programme cherche également à s'assurer que le continent tout entier joue un rôle plus actif dans la communauté mondiale. Les secteurs prioritaires du NEPAD qui fête son 5-ème anniversaire à Abuja, sont l'agriculture, l'éducation, les infrastructures, les NTIC, l'accès des produits africains au marché extérieur et l'environnement. Le dialogue multisectoriel a regroupé dimanche les différents partenaires du NEPAD pour recueillir leurs avis sur la mise en œuvre du programme. Nous pensons avoir quelque chose à dire pour le compte de la société civile parce que notre organisation fait partie de la société civile. Nous pensons avoir des choses à dire pour le compte des femmes, parce que nous sommes une organisation de femmes. Nous pensons avoir des choses à dire pour le compte du secteur privé, parce que l'AFAO est membre du conseil d'administration de la BR qui représente le secteur privé africain, a-t-elle précisé. Elle a ajouté : le Secrétariat du NEPAD nous a mis au centre de cette activité aussi bien dans les activités de prise en compte des populations que dans l'appréciation du travail qu'il a abattu. Selon la présidente de l'AFAO, cette stratégie a intérêt à être valorisée et renforcée, parce que c'est une façon de démocratiser les décisions du NEPAD. AD/ADC