Prés de 12 millions de dollars du FAD contre les plantes aquatiques proliférantes

Agriculture

Dakar, 22 sept (APS) - Le Fonds africain de développement (FAD) a mis à la disposition des pays d'Afrique de l'Ouest une enveloppe de 11,76 millions de dollars pour lutter contre les plantes aquatiques proliférantes, annonce un communiqué reçu à l'APS, mercredi. Le FAD entend ainsi approuver un projet de gestion intégrée des plantes aquatiques proliférantes en Afrique de l'Ouest pour un coût total de 11,76 millions de dollars, précise la même source ajoutant que ce financement inclut un prêt de 7,4 millions de dollars et un don de 1,45 million de dollars. Selon le texte, l'objectif de ce projet est la gestion durable des ressources naturelles, en particulier des ressources en eau, pour maximiser leur contribution au développement social, économique et environnemental de la sous-région. La CEDEAO exécutera le projet à travers la gestion intégrée des plantes aquatiques proliférantes, le renforcement des capacité et la coordination du projet, lit-on dans le communiqué. Les principaux bénéficiaires du projet sont les populations rurales qui consacrent une part importante de leur temps de travail et fournissent de gros efforts pour faire face aux effets négatifs de ces plantes, annonce le texte, ajoutant que les pêcheurs qui subissent une diminution sensible de leurs gains de même que les agriculteurs qui réduisent leur temps de culture, afin d'assurer le nettoyage des canaux, bénéficieront des retombées du projet. En outre, le projet permettra de réaliser des gains se chiffrant entre 75 et 150 millions de dollars, précise le communiqué selon qui cela représente les pertes de revenus et d'eau occasionnées par la présence des plantes aquatiques proliférantes. L'Afrique de l'Ouest fait face au fléau que représente la prolifération des plantes d'eau parasites dans ses réseaux fluviaux, constate le FAD, ajoutant : l'envahissement végétal est un obstacle majeur à l'utilisation et à la navigation des canaux, rivières, lacs et lagunes de la région de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et affecte gravement la vie quotidienne des populations locales. AD/CTN