Plus de 655.000 civils irakiens tués depuis le début de la guerre, selon des spécialistes américains

Présidence de la République

Dakar, 11 oct (APS) - Plus de 655 000 civils irakiens sont morts entre mars 2003, début de l'intervention de l'armée américaine en Irak, et juillet dernier, rapporte le quotidien français Le Monde citant notamment des spécialistes de santé publique américains. Ces chiffres témoignent de l'alarmante augmentation de la mortalité en Irak depuis le début du conflit, commente le journal français en faisant remarquer qu'en l'espace de trois ans et demi, 2,5 pour cent de la population irakienne aurait donc succombé pour des faits directement liés à la guerre déclanchée par les Américains contre ce pays. Le Monde reprend un article mis en ligne mercredi par la revue médicale britannique The Lancet qui avait publié, en octobre 2004, une étude qui recensait environ 100 mille morts civils liés à l'intervention américaine entre mars 2003 et septembre 2004. La méthodologie employée par ces chercheurs de l'Ecole de santé publique américaine Johns Hopkins Bloomberg ne repose pas sur un décompte des corps enregistrés dans les morgues ou signalés dans les bilans officiels, mais sur des entretiens avec des ménages irakiens, précise-t-on de même source. L'enquête, selon le journal, se base sur des relevés établis en mai et juin par des chercheurs de Johns Hopkins et de l'université Al-Moustansiriya de Bagdad auprès de 1 849 foyers, soit près de 13 000 Irakiens, dans 47 localités à travers l'Irak. Les personnes de cet échantillon ont été questionnées sur les naissances, les décès et les déplacements - selon une méthode déjà utilisée au Congo, au Kosovo et au Soudan, soulignent les auteurs de l'étude. Dans 92 pour cent des cas, les décès signalés ont été confirmés par un certificat, rapporte Le Monde. BK/ADC