Konan Banny pour que la zone CFA soit une seule et unique région économique

Economie

Dakar, 17 sept (APS) - Le Gouverneur général de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest BCEAO), Charles Konan Banny, a exprimé, vendredi, le souhait d'ériger la zone monétaire du franc CFA en une et seule région économique. Nous l'avons réussi avec la monnaie pourquoi ne pas le réussir économiquement, a déclaré Charles Konan Banny au cours d'une visioconférence tenue depuis Lomé (Togo) et retransmise simultanément dans les huit Etats membres de l'UEMOA (Benin, Burkina Fasso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Niger, Mali, Sénégal, Togo). La rencontre intervient après les travaux des organes de l'union pour faire le point sur la situation économique et la santé de l'union et présenter le rapport d'activités sur la grande réforme qui installera définitivement la région dans la grande zone Notre ambition c'est de limiter les entraves, nous l'avons réalisé en terme monétaire, nous voulons le faire en terme économique, a encore dit le Gouverneur de la BCEAO soulignant que l'union se porte bien avec un taux moyen de croissance égal à 3,4 pour cent et ce malgré les problèmes survenus ces derniers temps en Côte d'Ivoire. Cette moyenne est différenciée selon les pays et le patron de la Banque centrale des Etats des Etats de l'Afrique de l'Ouest estime que l'UEMOA peut mieux faire en relevant le défi de l'accélération de la croissance. Il a, à cet effet, invité les Etats à élaborer des projets et programmes pour la création des ressources et des richesses sans oublier la mise en place d'un environnement sécurisé pour accueillir les investissements étrangers. Selon lui, l'Etat doit être en situation d'épargne mais qu'il soit surtout réformeur notamment dans des secteurs comme l'eau, l'électricité et les transports et aussi assurer la compétitivité de nos industries. S'agissant du bloc monétaire, la situation est satisfaisante et l'inflation maîtrisée, a dit Charles Konan Banny, selon qui la situation est solide et la stabilité des performances exemplaire, nous faisons mieux que l'Europe dans ce sens. Il a toutefois invité les Etats à aller jusqu'au bout de leurs engagements et à améliorer la mobilité des ressources extérieures qui, a-t-il estimé, restent faibles. M. Banny a, par ailleurs, annoncé la mise en place d'un mécanisme bancaire pour lutter contre la pauvreté. Il s'agit de la Banque régionale de solidarité qui tarde à prendre place, faute à des contraintes liées au choix des personnes ressources aptes à diriger l'institution. Nous prenons beaucoup de précautions car voulons que les gens une fois choisis, puissent apporter les réponses posées pour résoudre ce projet de solidarité, a-t-il dit. Pour les criquets pèlerins qui sévissent dans certains pays de l'UEMOA, il a jugé que seule la croissance de 2005 pourra déterminer s'ils ont eu un impact négatif sur la situation économique de l'Union. Charles Konan Banny a exhorté l'ensemble des populations à travailler plus pour améliorer la santé de l'UEMOA, soulignant à ce propos: il n'y a pas de recette miracle, que chacun travaille plus dans son secteur, nous ne travaillons pas assez. Je crois que c'est le moment de travailler plus. BS/CTN