Le Consul du Sénégal à Madrid : l'Espagne n'est pas le paradis dont rêvent les clandestins +++ Envoyé spécial: Mamadou Koumé +++

Présidence de la République

Madrid, 15 sept (APS) - L'Espagne n'est pas le paradis dont rêvent les immigrés clandestins qui débarquent sur les Iles Canaries et il appartient aux Sénégalais qui y résident légalement de le dire à leurs compatriotes pour qu'ils cessent de se faire de fausses illusions, a déclaré Alassane Cissé. Selon le Consul du Sénégal à Madrid qui s'exprimait, vendredi, dans un entretien exclusif avec l'envoyé spécial de l'Agence de presse sénégalaise, il faut que nos compatriotes qui vivent ici disent la vérité à ceux qui arrivent, qu'ils ne vivent pas dans l'aisance. (...) Il faut sensibiliser les populations sur le fait que l'Espagne n'est pas le paradis qu'ils croient. A leur retour au pays pendant les vacances, il ne faut pas qu'il y ait des attitudes ostentatoires et ceux qui vivent ici ont une part de responsabilité dans le flot ininterrompu des clandestins, a martelé M. Cissé, selon qui le phénomène est en train de susciter un ras-le-bol chez les Espagnols dont certains n'hésitent pas à dire qu'il y a trop d'étrangers, se posent des questions ou parlent d'épidémie. A terme, a-t-il averti, cette situation risque d'être préjudiciable au Sénégal, c'est l'image du pays qui risque d'être ternie. 30.000 Sénégalais sont établis régulièrement en Espagne, selon les estimations faites par les autorités de Madrid. Interrogé sur la situation des immigrés clandestins, il a indiqué que ceux qui arrivent par les pirogues ont des difficultés énormes, même si, a-t-il ajouté, faute de moyens, nous ne disposons pas d'informations complètes sur eux. C'est grâce aux associations et aux 32 dahiras installés ici que nous arrivons à être informés sur ce qui se passe réellement en Espagne concernant les Sénégalais, a-t-il dit non sans souligner que ceux qui viennent d'arriver ne travaillent pas, ils traînent dans les rues. Aujourd'hui, a-t-il indiqué, 600 à 700 demandes de passeports nous parviennent, depuis le début de l'afflux des clandestins. Toutefois, beaucoup veulent rentrer, selon M. Cissé qui fait état de deux jeunes hommes qu'il est parvenu à rapatrier au Sénégal sur leur demande avec l'aide des associations et de la Croix-rouge espagnole. Le premier cas concerne un jeune saint-louisien dont la mère en apprenant qu'il était parti en Espagne sans l'avertir, est tombée malade avant de décéder et le second est relatif à un clandestin devenu dépressif peu après son arrivée aux Iles Canaries à bord d'une pirogue. Confirmant le rapatriement des clandestins sénégalais par les autorités espagnoles --une opération qui a démarré depuis jeudi-- le Consul qui est en poste depuis 2004 a annoncé que trois avions quittent Fort Ventura, vendredi, pour Saint-Louis. MK/CTN