La CIMI prône un plan d'action cohérent pour s'adresser au monde extérieur

Présidence de la République

Dakar, 14 sept (APS) - Les ministres de l'Information des pays membres de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) ont demandé, mercredi à Jeddah (Arabie Saoudite), la création d'un Comité ministériel restreint de supervision dans le cadre de l'interaction avec les médias étrangers. Ce comité serait appelé à arrêter un plan d'action cohérent pour s'adresser au monde extérieur dans les langues qu'il comprend et en usant de méthodes adaptées à sa propre logique et à sa mentalité. Cette recommandation a été à la fin de la 7-ème réunion des ministres de l'Information de l'OCI dont le communiqué final parvenu à l'APS indique que le comité sera assisté dans cette tâche par les groupes d'experts afin de concevoir les stratégies et les programmes de mise en œuvre. Les pays qui composent le comité sont l'Arabie Saoudite, la Turquie, l'Iran, l'Egypte, la Malaisie, le Sénégal, la Syrie et le Maroc, précise la même source. Dans la stratégie de mise en œuvre de cette recommandation, les résultats des travaux du comité seront présentés au président de l'actuelle session de la Conférence islamique des ministres de l'Information (CIMI) pour en discuter avec les membres du comité en vue de leur mise en œuvre, mentionne le communiqué. Pour trouver les fonds nécessaires au financement des programmes et actions inscrites dans le futur plan médiatique, les ministres de l'Information ont plaidé pour la création d'un Fonds spécial qui sera alimenté par les contributions des Etats membres de l'OCI. Par ailleurs, les participants à la rencontre de Jeddah ont fait part de la nécessité de l'adoption d'un code de déontologie auquel pourront se référer les organes d'information des Etats islamiques de manière à promouvoir la diversité et le pluralisme et à préserver les valeurs et les intérêts de la Oummah, souligne le document. Le document intitulé "Les principes éthiques de l'action médiatique dans les Etats membres" constitue la plateforme appropriée pour ce code. Dans la même perspective, le secrétariat général est chargé d'élaborer le projet de code, sous réserve que les Etats membres fassent parvenir leurs propositions et leurs points de vue à ce sujet, ajoute le texte. OID/AD