Signature d'un mémorandum pour une gestion concertée de l'émigration clandestine

Présidence de la République

Dakar, 24 août (APS) - Le Sénégal et l'Espagne ont signé, jeudi à Dakar, un mémorandum au terme duquel ils s'engagent à une gestion concertée de l'émigration, à travers notamment le renforcement du dispositif sécuritaire dans leurs eaux territoriales. Ce mémorandum signé aujourd'hui est l'aboutissement d'une coopération déjà fructueuse. Nous avons dès le départ mesuré l'impact que cette émigration pouvait avoir pour les deux pays, a déclaré, lors de la signature du document, le ministre sénégalais de l'Intérieur et des Collectivités locales. Avec les moyens offerts par l'Espagne, l'Etat major mixte (gendarmerie, police, armée de l'air et marine) va avoir une force de frappe suffisamment dissuasive pour mettre fin à ce fléau, a ajouté Ousmane Ngom. Nous allons mettre les passeurs, ces vendeurs d'illusions, hors d'état de nuire. Je veux parler de ceux qui utilisent la naïveté de ces candidats pour s'enrichir, a dit le ministre. Il a cependant souligné que le phénomène de l'émigration clandestine a pour soubassement un drame humain et on ne devait jamais perdre de vue cet aspect. Il faut d'abord éradiquer la pauvreté, selon lui. Et le plan REVA pourra régler le problème, car c'est un projet qui sera composé de l'agriculture, de la pêche de l'artisanat et de microprojets, a assuré Ousmane Ngom. Les dispositifs sécuritaires sont certes importants, mais pas suffisants. Il faudrait les concilier avec d'autres mesures d'accompagnement, a-t-il préconisé. Le général Juan Mesquida Fernando, directeur général de la Guardia civil espagnol, parlant au nom de son pays, a déclaré que le Sénégal et l'Espagne ont la même philosophie pour combattre l'émigration clandestine. Les mesures nécessaires pour cela doivent être complétées par une coopération entre les deux pays, et nous offrons toutes les possibilités pour renforcer les capacités des forces de sécurité sénégalaises, a assuré M. Mesquida ID/BK