Abdou Diouf pour la poursuite du processus de paix dans le calme et la sérénité

Présidence de la République

Dakar, 22 août (APS) - Le Secrétaire général de l'Organisation de la francophonie, Abdou Diouf, s'est dit vivement préoccupé par les manifestations de violence armée en cours à Kinshasa depuis la proclamation des résultats du premier tour du scrutin présidentiel du 30 juillet. Dans un communiqué reçu mardi à l'APS, Abdou Diouf, appelle les différentes parties congolaises, et en particulier les deux candidats qui participeront au second tour du scrutin, à respecter la volonté des électeurs et du peuple congolais telle qu'elle s'est exprimée par les urnes. Des affrontements armés opposent depuis lundi à Kinshasa les gardes rapprochées du président Joseph Kabila et du vice-président Jean-Pierre Bemba, les deux candidats au deuxième tour de l'élection présidentielle dont le 2-ème tour est prévu le 29 octobre prochain. Kabila et Bemba ont obtenu respectivement 44,8 pour cent et 20 pour cent des suffrages au premier tour de l'élection présidentielle du 30 juillet dernier dont le taux de participation est de 75 pour cent. Le peuple congolais a, en effet, d'une manière exemplaire et qui a été saluée par l'ensemble de la communauté internationale, confirmé à cette occasion son aspiration à la paix et à une vie politique démocratique, en allant voter massivement et dans le calme, souligne Abdou Diouf, ancien chef de l'Etat du Sénégal. Je rends hommage, ajoute-t-il, à la maturité et à la dignité avec lesquelles les électeurs congolais ont pris leurs responsabilités devant l'histoire et encourage tous les acteurs politiques concernés à suivre cet exemple en privilégiant l'intérêt national. J'appelle les responsables politiques et la population congolaise à poursuivre le processus électoral jusqu'à son terme, conformément aux principes et engagements souscrits dans la Déclaration de Bamako, afin de permettre à ce grand pays francophone de disposer d'institutions légitimes et de pouvoir ainsi mobiliser pleinement ses efforts pour la reconstruction et le développement souligne M. Diouf. L'OIF est plus que jamais étroitement engagée aux côtés des institutions congolaises chargées de l'organisation et du contrôle du processus électoral, assaure M. Diouf qui félicite la Commission électorale indépendante (CEI) pour la qualité du travail effectué jusqu'à présent. Il réitére la disponibilité de l'OIF à poursuivre son appui auprès des juridictions chargées du contentieux électoral afin d'assurer un résultat du processus électoral accepté par tous. AD/CTN