Syndiély Wade raconte le calvaire d'une rescapée des bombardements de Cana

Présidence de la République

Dakar, 9 août (APS) - Syndiély Wade, coordinatrice du rapatriement des Sénégalais du Liban, a conté mercredi à l'APS, la miraculeuse trajectoire d'une rescapée des bombardements de Cana, qui s'est présentée en pyjama aux officiels sénégalais en charge de ces opérations. Quelque peu prisonnière des bombardements israéliens dans la zone, la dame qui habitait à 8 Km de Cana, s'était réfugiée dans une maison d'un tout tout petit village des environs, avec d'autres personnes, dont une proche parente handicapée. Surprise dans l'enceinte de la maison par trois obus, blessée aux bras et à la hanche par ces projectiles, croyant que sa proche handicapée était décédée, elle a réussi à sortir de ce calvaire, on ne sait par quel miracle, pour s'enfuir et trouver un taxi qui l'a amené à Beyrouth. Pour débarquer dans la capitale libanaise en pyjama, avec rien sur elle, raconte Syndiély Wade, assistante spéciale du président de la République. Mais comment pouvez-vous voyager sans passeport, c'est pas possible, s'est interrogée Mlle Wade. C'est là que, selon elle, les services du ministère des Affaires étrangères ont joué un rôle très important, heureusement qu'ils étaient là. Un sauf-conduit à été alors attribuée à la dame en question, pour lui permettre de voyager sinon elle n'aurait jamais pu partir, a-t-elle poursuivi, assurant qu'au contact de ces bombardements, on relativise beaucoup de choses. Je crois qu'il va y avoir des gens qui seront marqués à vie. Certains enfants qui ont vécu ça ou qui ont entendu le bruit d'une bombe tomber (...) seront à jamais traumatisés. On le voit dans leurs regards, a-t-elle raconté. D'après les discussions que j'ai eues avec eux, ceux qui vivaient à Beyrouth avaient surtout peur la nuit, parce que la nuit on entend les bombes tomber et puis on se demande si la prochaine ne va pas être pour nous, a souligné Mlle Wade. BK/SAB