Sindiély Wade: je souhaite voir plus souvent un Sénégal uni et humaniste

Présidence de la République

Dakar, 9 août (APS) - Syndiély Wade, s'exprimant sur le rapatriement des Sénégalais du Liban, dont elle a assuré la coordination, a émis mercredi à Dakar le vœu de voir plus souvent à l'œuvre un Sénégal uni, humaniste. Interpellée par l'APS pour réagir sur les mots qu'a eus à son endroit Abdoulaye Wilane --le chargé de la communication du Parti socialiste (PS, opposition) qui était présent à l'aéroport à l'arrivée du troisième contingent de raprtiés du Liban--, Sindiély s'est dit très touché. Abdoulaye Wilane avait, à l'occasion, salué l'implication de Mlle Wade dans cette opération en dehors de toute appartenance politique, soulignant que cela s'inscrit dans la ligne des actes historiques dans une nation. Il s'agit, avait-il ajouté, d'une action sociale par laquelle Syndiély Wade a grandi l'humanitaire et le Sénégal. J'ai été très touchée par les mots qu'il a eus le jour de l'arrivée à l'aéroport. J'étais très touchée parce que les mots étaient sincères et on aimerait voir plus souvent un Sénégal comme cela : uni, humaniste pour reprendre son expression, a déclaré l'assistante spéciale du président de la République. Au total, 312 Sénégalais ont été rapatriés du Liban via Damas, la capitale syrienne, à travers trois convois aériens de 142, 84 et 86 personnes. Initiée par le chef de l'Etat, l'opération s'est effectuée dans le cadre d'une mission spéciale menée par le Directeur de la Division des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères, Pape Oumar Ndiaye, et Syndiély Wade. Restée à Damas depuis le début des rapatriements, Melle Wade n'est rentrée à Dakar qu'avec le dernier contingent de rapatriés. Dans un premier temps, quand la guerre a éclaté, le Consul honoraire du Sénégal au Liban avait recensé un certain nombre de Sénégalais désireux de rentrer au pays, a indiqué Melle Wade. Le président de la République et le ministre des Affaires étrangères avaient sollicité l'aide du Maroc pour rapatrier les 150 premiers sénégalais qui s'étaient manifesté. Il se trouve que les jours ont passé et que de plus en plus de personnes se sont manifestées et que le Consul est arrivé à une liste d'un peu plus de 400 personnes, a-t-elle expliqué. Et c'est là en fait que le président a pris la décision de m'envoyer (...) en Syrie pour organiser le rapatriement du quota qui excède les 150 (personnes) qui devaient être rapatriés par le Maroc, a-t-elle précisé. Accompagnée de Papa Omar Ndiaye, directeur des Organisations internationales, Syndiély Wade a été reçu par le président syrien, Bachar Al Assad, qui, a-t-elle dit, nous a vraiment très bien reçu et qui nous a assuré de toute l'aide des autorités syriennes pour mener à bien notre mission. Ils nous ont énormément aidés, a assuré Melle Wade, expliquant que la méthode utilisée consistait à regrouper les candidats au retour à un certain endroit de Beyrouth. Et en fonction des jours de départ, il fallait organiser des convois de bus qui fassent la route jusqu'à l'aéroport de Damas afin d'y embarquer pour Dakar. Ce n'était pas du tout évident et des gens qui se sont inscrits ont renoncé au dernier moment au voyage, a-t-elle souligné. Nous n'arrivions plus à entrer en contact avec eux, soit parce qu'ils sont partis en s'organisant eux-mêmes, ceux qui avaient les moyens de partir sont partis rapidement, soit parce que ceux qui ont des passeports français ou américains sont partis par leurs moyens. Ceux qui sont restés bloqués à Beyrouth et que nous avons ramenés sont ceux qui avaient moins de moyens, a-t-elle indiqué avant de faire remarquer que les prix de location d'un taxi ou d'un bus sont devenus astronomiques du fait des bombardements. BK/CTN