Le chef de l'Etat fier des soldats et policiers sénégalais déployés au Darfour +++ Envoyé spécial : Aboubacar Demba Cissokho +++

Présidence de la République

Al Fasher, 7 août (APS) - Le président de la République Abdoulaye Wade a fait part, dimanche à Al Fasher (nord Darfour, environ 1000 Km à l'ouest de Khartoum), de sa fierté et de son admiration à l'endroit des soldats et policiers sénégalais déployés au Darfour dans le cadre de la mission d'observation de l'Union africaine. Le président de la République est fier du contingent sénégalais, a dit le chef de l'Etat lors d'une rencontre avec quelques éléments des soldats et policiers sénégalais à l'état-major de la mission de l'UA. Arrivé vendredi au Soudan, le chef de l'Etat effectue une visite officielle qui s'achève lundi. Le président Wade, qui s'est dit disposé à porter le nombre de militaire sénégalais -ils ont 600 actuellement - à un millier, a exhorté les troupes à rester fidèles à cette culture du vrai soldat, courageux, intelligent et fidèle, dont la graine a été semée depuis le milieu du 19e siècle. Nous devons accepter le sacrifice de mettre au service de l'Afrique nos vertus de paix, a dit Abdoulaye Wade, en présence du ministre d'Etat, ministre de l'Economie maritime Djibo Leyti Kâ et du chef d'Etat-major général des armées, le général de division Abdoulaye Fall. Je suis fier d'être le chef des armées de ce pays qui s'appelle le Sénégal et dont les soldats s'appellent les Jambars, a-t-il poursuivi, appelant le contingent à surveiller la bonne réputation des armées sénégalaises. Il a dit que les soldats sénégalais sont au Darfour non pas pour le Sénégal mais pour l'Afrique. Le chef de l'Etat a eu un pensée pour les soldats morts en mission au Soudan, ceux qui sont blessés. A ce sujet, il s'est engagé à prendre toutes les dispositions pour faire évacuer un soldat sénégalais blessé au Val de Grâce à Paris. Selon le président Wade, c'est peut-être la culture de paix du Sénégal qui fait qu'il est aujourd'hui sollicité dans un pays (le Soudan) qui n'a pas de frontière avec le Sénégal. Les grandes puissances continuent à m'encourager dans ma mission. Je sais que les difficultés ne vont pas manquer pour l'application des accords signés en mai à Abuja, mais je suis prêt à m'investir jusqu'au bout, a-t-il assuré. S'adressant aux policiers présents lors de la rencontre, il a signalé que ces derniers font un travail complémentaire. A certain égards, votre travail est plus difficile, parce que c'est un travail de proximité. Je vous ai dans ma tête et dans mon cœur, a dit le chef de l'Etat aux policiers déployés au Soudan. Il m'a été demandé de fournir davantage de policiers (hommes et femmes), je vais répondre à cette demande. La nation vous regarde et nous sommes fiers de vous, a-t-il lancé. 50 policiers sénégalais (46 hommes et 4 femmes) font partie des 1425 déployés dans l'Etat du nord Darfour pour assurer une sécurité de proximité. Le colonel Matar Guèye, chef du Centre de coordination des opérations à Al Fasher, a assuré que le moral des hommes et des femmes qui sont au Darfour est bon, déplorant toutefois la lenteur de l'évacuation des grands blessés. Un total de 5454 soldats africains est déployé au Darfour. Les policiers sont au nombre de 1425 (1191 hommes et 234 femmes). Leur mission consiste notamment à faire respecter un cessez-le-feu et à contrecarrer les actions des bandes armées qui opèrent dans la région. ADC/BK