Les négociations UE/ACP bloquées par la réalisation tardive des études d'impact, selon un expert

Présidence de la République

Dakar, 20 juil (APS) - Le processus de négociation des accords de partenariat économique (APE) entre l'Union européenne et les pays ACP a été bloqué, notamment par le retard dans la réalisation des études d'impact par les différents Etats, a indiqué jeudi Hamidou Diop, secrétaire général du Conseil national du patronat (CNP). Nous (pays ACP) sommes les premiers responsables (de ce blocage), a notamment indiqué M. Diop, ajoutant que pendant quatre ans nous avons discuté sur les termes de la négociation, sans réaliser (..) les études d'impact. Il s'exprimait lors d'une réunion d'information entre l'UE et le secteur privé. Selon Hélène Cavi, conseiller en charge du commerce et du secteur privé de l'UE au Sénégal, cette rencontre visait à présenter les outils financiers et non financiers de l'UE, l'état des négociations entre l'UE et les pays d'afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et les règles d'accès au marché européen. Hamidou Diop a relevé que depuis la signature en 2000 des APE, ce n'est qu'en 2004 que les parties ont pu s'entendre sur un ensemble de points qui portent sur le plan d'action (...), le mandat de négociation qui a été confié à la CEDEAO, sur la feuille de route. Les études d'impact devaient être finalisées depuis 2001, a souligné M. Diop, ajoutant que tout ce temps a été consacré à trouver un consensus sur les termes de négociation. Pourtant, estime-t-il, les études d'impact constituent un élément indispensable dans le processus de négociations, puisqu'elles permettent d'identifier les secteurs les plus exposés, ceux qui sont prioritaires dans le cadre des accords avec l'UE, ainsi que les mesures d'accompagnement à négocier. Ces études devront permettre, en dernier ressort, de mettre à niveau les économies et les systèmes politiques de la sous-région, a ajouté Hamidou Diop. Pour ce qui est du Sénégal, il vient de recevoir sa première étude d'impact il y a environ 10 jours, et est en train de procéder à des observations sur ces documents, en attend les autres, a-t-il poursuivi. Tant que les études d'impact ne sont pas au complet, il est impossible de se faire une idée sur ce que seront les APE pour les économies des ACP, a relevé le secrétaire général du CNP. Un avantage évident des APE sera de régler le problème d'intégration régionale, par la circulation des biens et des capitaux entre les différents pays de la CEDEAO, en plus de la Mauritanie, de la Gambie et du Nigeria qui se pose depuis plus de 15 à 20 ans, a estimé ce membre du patronat. L'entrée en vigueur des APE devrait permettre aux pays des ACP d'exporter leurs produits vers les Etats membres de l'UE, tout en ouvrant leur marché aux produits en provenance de ces pays. ADI/ADC