Rabat est pour une approche positive et dynamique de la migration, selon ministre marocain des Affaires étrangères +++ Envoyé spécial : Cheikh Tidiane Ndiaye +++

Présidence de la République

Rabat, 10 juil (APS) - Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Maroc, Mohamed Benaïssa, a déclaré que son pays souhaite voir la conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement, ouverte lundi à Rabat, adopter l'une approche positive et plus dynamique de la migration. M. Benaissa qui s'exprimait lors de la rencontre a expliqué que cette approche souhaitée passe par une optimisation du potentiel des migrations longues durées, circulaires et temporaires, ajoutant qu'il s'agit là d'une approche empreinte d'ouverture et de concertation et visant une meilleure adéquation des besoins africain et européen en matière d'emploi. Réitérant la position du royaume quant à la préservation de la dignité et des droits des migrants africains et à la garantie de leur diversité civilisationnelle, culturelle et religieuse, il a noté qu'une immigration réussie et bénéfique pour le pays d'accueil et d'origine implique une bonne intégration sociale, économique et culturelle des migrants. Selon en outre M. Benaïssa, le phénomène de la fuite des cerveaux, qui ponctionne chaque année une part importante de la vitalité du continent africain, est un élément important au développement d'un partenariat franc et sincère entre l'Afrique et l'Europe. D'où a-t-il dit, il est urgent d'agir et d'oeuvrer pour la mise en oeuvre résolue d'initiatives concrètes et novatrices, notamment en matière d'éducation, de recherche scientifique et de développement pour que les pays africains puissent profiter pleinement de ces ressources dont ils ont grandement besoin. Pour sa part, le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy a insisté sur le fait qu'une perspective se met en place, en même temps que se construit l'esprit de Rabat". C'est un esprit marqué par une commune volonté de s'écouter, d'agir ensemble pour changer la réalité des choses et revenir à ce qui fait l'essence de la migration : un droit individuel fondamental, un lien irremplaçable entre l'Europe et l'Afrique, un espace d'échanges humain, culturel et social ", a-t-il notamment dit. Appelant à la construction d'un partenariat nouveau et à l'approbation d'une déclaration politique et d'un plan d'action permettant aux pays concernés par la migration d'agir ensemble, il a déclaré : rien ne se fera sans la volonté de chacun d'entre nous de s'engager aujourd'hui dans une ambition politique commune et de mettre en oeuvre de manière concrète, demain, ce que nous aurons décidé ensemble. M. Douste-Blazy a particulièrement insisté sur la nécessité de mettre en place les instruments financiers adéquats de nature à la fois à mieux utiliser l'épargne des diasporas et des migrants et à renforcer les mécanismes de micro- crédit, qui est passé de 6 millions de bénéficiaires il y a 5 ans à 100 millions aujourd'hui Nicolas Sarkozy a, quant à lui, déploré le fait que le terme dimmigration choisie ait été parfois mal compris ou caricaturé. Il n'a jamais été question d'organiser une sélection unilatérale des migrants sur la base de leurs diplômes. L'immigration, dans mon esprit doit être choisie par le pays de destination comme par le pays d'origine. Elle doit résulter d'un accord de volonté entre le pays de départ et le pays d'arrivée, a-t-il expliqué ajoutant qu'en plus de l'immigration choisie l'ouverture des frontières de l'Europe doit viser le co-développement et la lutte contre l'immigration clandestine. CTN