Négociations d'un futur accord cadre : Ousmane Ngom rencontre Sarkozy mercredi à Paris +++ Envoyé spécial: Cheikh Tidiane Ndiaye +++

Présidence de la République

Rabat, 10 juil (APS)- Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, maître Ousmane Ngom, a annoncé qu'il rencontre son homologue français, Nicolas Sarkozy, mercredi à Paris en vue d'engager avec lui des discussions qui seront le préalable à la rencontre des experts sur un futur accord cadre entre le Sénégal et la France sur l'émigration. Je vais rencontrer Sarkozy mercredi à Paris et ensuite les experts se rencontreront dans la semaine suivante ou en tout cas avant la fin du mois de juillet, a notamment dit le ministre de l'Intérieur, dans un entretien avec la presse sénégalaise, lundi à Rabat, en marge des travaux de la Conférence euro-africaine sur la migration et le développement, ouverte le même jour dans la capitale marocaine. Dans son discours à l'ouverture des assises, le ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, avait fait état d'une rencontre, mardi, entre experts français et sénégalais dans la perspective de la signature d'un accord cadre entre Dakar et Paris. Nous n'avons jamais dit qu'il y aura demain (Ndlr : mardi) une rencontre pour signer des accords, a indiqué Ousmane Ngom, selon qui il n'est pas question de se lancer dans une réunion du genre sans chapeau politique. En clair, sans au préalable une rencontre au plus haut niveau des ministres de l'Intérieur pour réaffirmer la volonté politique et définir les orientations claires dans l'optique d'arriver à terme à un accord cadre consensuel. Il a par ailleurs affirmé que les positions sénégalaises telles qu'elles ont été affirmées par le chef de l'Etat restent constantes, en matière d'émigration. A ce propos, il a martelé que le chef de l'Etat est foncièrement contre l'unilatéralisme qui fait l'apologie d'une vision unidimensionnelle du phénomène de l'émigration. A l'opposé, il prône une concertation tous azimuts où il faudra s'asseoir ensemble autour d'une table, discuter ensemble en vue d'aboutir à une position consensuelle. De ce fait, il sera question à Rabat de faire passer un tel message par le biais d'une volonté politique forte portant sur une approche concertée, une co-responsabilité dans la recherche de solutions à l'émigration clandestine, selon Ousmane Ngom qui a martelé que le Sénégal ne signera pas un document où figure le terme d'immigration choisie. Aucun pays ne peut se replier sur lui-même et apporter tout seul des solutions au flux migratoires. Ceux-ci, d'ailleurs, ont toujours existé et ce n'est pas seulement parce qu'il y a eu un épiphénomène qu'il faut s'enfermer et prendre des décisions unilatérales. C'est conscient de cela qu'il faut penser à créer les conditions d'une émigration légale en anticipant sur le besoin de bras valides dont va avoir besoin l'Europe du fait que sa population qui vieillit, a-t-il dit avant de souligner que là n'est toutefois pas la solution. Elle réside plutôt dans la mise en œuvre de politiques de développement, comme le fait le chef de l'Etat à travers notamment le Fonds national de promotion de la jeunesse et le programme REVA. CTN