Cheikh Tidiane Gadio invite l'Europe à aider les pays africains à donner aux jeunes les raisons d'espérer

Présidence de la République

Dakar, 8 juil (APS) - Le ministre des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a appelé, samedi à Dakar, les pays européens à aider l'Afrique à donner aux jeunes les raisons d'espérer . Nous disons aux pays européens : nous travaillons à notre développement, mais aidez-nous à donner aux jeunes les raisons d'espérer dans leurs pays, a-t-il dit, cité par la MAP reçue à l'APS. Cheikh Tidiane Gadio s'exprimait à la veille de la conférence euro-africaine sur la migration et le développement, prévue les 10 et 11 juillet à Rabat. Il faut que les pays européens nous aident à régler les problèmes d'éducation, de santé et d'agriculture pour permettre aux jeunes d'avoir des raisons de s'enthousiasmer et de contribuer aux processus économiques et sociaux dans leurs pays, plutôt que d'aller faire des travaux champêtres et très durs comme ouvriers saisonniers ou gardiens de nuit, a-t-il ajouté. Le Sénégal a été touché de plein fouet dernièrement par le phénomène de l'émigration clandestine avec le départ de centaines de ses jeunes à bord de pirogues de fortune à destination des îles Canaries. Plusieurs d'entre eux sont morts noyés au cours de la périlleuse traversée de l'Atlantique, suscitant un vif débat dans le pays. Pour M. Gadio, c'est l'Afrique qui doit être maîtresse de son propre destin et de son propre développement, mais les pays émetteurs, de transit et d'accueil des émigrés doivent cogérer cette tragédie de l'émigration clandestine et se donner les moyens de travailler ensemble. Les pays européens, qui ont des ressources plus importantes que nous, doivent nous appuyer pour ne pas laisser mourir notre agriculture et notre pêche, a-t-il plaidé, estimant qu'il y a une sorte de dialectique dans le phénomène de l'émigration clandestine. Quand les grands chalutiers des pays européens viennent piller nos ressources halieutiques, les jeunes se retrouvent sans emploi parce qu'il n'y a rien à pêcher, et transforment alors leurs pirogues destinées à la pêche en pirogues de gens désespérés qui vont aller chercher les ressources la où ils sont, c'est-à-dire dans les pays développés, a-t-il dit. Le chef de la diplomatie sénégalais s'est félicité de ce que le Maroc et l'Espagne, co-initiateurs de la conférence de Rabat, aient décidé de ne pas placer cette réunion sous l'angle strictement sécuritaire, mais de lier émigration et développement. Selon lui, tant que les pays africains ne connaissent pas un niveau de développement assez satisfaisant, ce phénomène ne peut pas s'arrêter. Il a indiqué que les mouvements migratoires ont été accélérés par la globalisation et vont continuer de plus belle. Partant de ce constat, M. Gadio souligne qu' il vaut mieux que les Etats collaborent, parce que les jeunes vont continuer à bouger et à se déplacer. BK