Ouverture, lundi à Rabat, du sommet euro-africain sur la migration+++Du correspondant de l'APS : Cheikh Mbacké Sène+++

Présidence de la République

Casablanca, le 7 Juil (APS) - La capitale marocaine, Rabat, accueille lundi et mardi la première conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement qui regroupera 57 pays (27 pays africains et 30 européens) dont le Sénégal, indique un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères parvenu jeudi au correspondant de l'APS. La conférence est organisée sur une initiative marocco-espagnole, après les évènements de l'automne 2005 aux enclaves de Ceuta et Melilla. La France a rejoint et renforcé la démarche de Rabat et Madrid. Le Sénégal est venu compléter, pour l'Afrique, la composition du comité de pilotage. La visite actuelle du Premier ministre marocain Driss Jettou, à Dakar rentre, entre autres, dans le cadre de la préparation et de la participation sénégalaise à ce sommet. Les ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur des 57 pays seront présents à cette conférence. Par ailleurs, certains pays comme la France et l'Espagne ont décidé d'étoffer leur délégation (4 ministres chacune). Durant ces deux jours de travaux, les participants comptent adopter le plan élaboré lors du sommet de Dakar tenu en juin dernier et comprenant trois axes : la promotion du développement, le renforcement des dispositifs de migration légale et la lutte contre l'immigration clandestine. La rencontre de Rabat devra déboucher sur des actions concrètes, sur la base d'un partenariat solide, pour une meilleure gestion des questions migratoires. La France, pays membre du comité de pilotage de ce sommet, soumettra à l'assemblée 18 propositions dont la création d'un observatoire euro-africain. Paris plaide également pour un développement des pays africains et tentera par la même occasion de faire adopter les mêmes démarches conjointes qu'elle a initiées avec des pays comme le Mali et le Maroc. Le Sommet accueillera également des responsables de plusieurs grandes ONG et organismes internationaux comme le Haut Commissariat des Réfugiés (HCR), l'Union Africain. Seul bémol, la non-participation de l'Algérie à ce sommet. Pays frontalier au Maroc et avec qui elle partage la problématique de l'émigration clandestine, l'Algérie n'a pas répondu favorablement à l'invitation de Rabat. Alger et Rabat connaissent une crise diplomatique liée à la question du Sahara. CMS/AD