Ouverture de la 60-ème session du Conseil permanent de l'OIF à Paris

Présidence de la République

Dakar, 6 juil (APS) - Le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, a présidé, jeudi à Paris, la 60-ème session du Conseil permanent de la Francophonie (CPF), rapporte un communiqué reçu le même jour à l'APS. Tenue en prélude au 11-ème sommet de chefs d'Etat et de gouvernement, prévu du 28 au 29 septembre prochain à Bucarest (Roumanie), cette session a enregistré la présence des représentants personnels des 53 chefs d'Etat et de gouvernement, membres de l'OIF, précise la même source. Le communiqué souligne également que les membres du CPF ont pris connaissance de l'état de préparation très satisfaisant du 11-ème sommet qui portera sur les technologies de l'information dans l'éducation. Dans cette perspective, les représentants personnels des chefs d'Etat et de gouvernement ont eu à examiner les dossiers de candidatures déposés par des pays qui souhaitent rejoindre l'organisation. A Bucarest, note le texte, ces dossiers seront soumis à l'approbation des chefs d'Etat et de gouvernement réunis en sommet, qui se tiendra pour la première fois en Europe centrale et orientale, région où la dynamique francophone se reconstruit et se rénove, relève le texte. Sur le dossier de la diversité culturelle, Abdou Diouf, secrétaire général a procédé à un tour de table sur l'état des ratifications de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptées par l'UNESCO en octobre 2005. Le Canada et l'Ile Maurice sont les deux pays membres de l'OIF qui ont fait aboutir le processus de ratification. Six autres pays membres ou observateurs ont ratifié la convention mais n'ont pas encore déposé les instruments de ratification au siège de l'UNESCO. Il s'agit de la Croatie, du Djibouti, Burkina Faso, Mali, Cambodge et de la Roumanie. Tout en rappelant l'importance de ratifier ce texte au plus vite, Abdou Diouf a ajouté que l'objectif est de rendre possible sa pleine entrée en vigueur lors de la prochaine Conférence générale de l'UNESCO en 2007, avant que ne se terminent les négociations commerciales multilatérales à l'OMC. Le communiqué note en outre que les représentants personnels ont unanimement souhaité que le secrétaire général poursuive sa mission en effectuant un second mandat. SBS/AD