Prestation de serment des juges de la Cour africaine de justice +++Envoyé spécial : Assane Diagne+++

Présidence de la République

Banjul, 2 juil (APS) - Les onze juges nommés à la Cour africaine des droits humains et des peuples ont prêté serment dimanche à Banjul, à l'occasion de la cérémonie de clôture du 7-ème sommet de l'Union africaine (UA), a constaté l'envoyé spécial de l'APS. Le Conseil exécutif de l'UA, réuni le 21 janvier dernier à Khartoum (Soudan), avait élu 11 juges de la Cour africaine des droits humains et des peuples. Deux de ces juges sont des femmes et proviennent du Ghana et du Lesotho. Les juges nouvellement élus sont les suivants : Fatsah Ouguergouz (Algérie), Jean Emile Somda (Burkina Faso), Gérard Niyungeko (Burundi), Sophia Akuffo (Ghana), Kelello Justina Masafo-Guni (Lesotho), M. Hamdi Faraj Fanoush (Libye), Modibo Tounty Guindo (Mali), Jean Mutsinzi (Rwanda), El Hadji Guissé (Sénégal), M. Bernard Ngoepe (Afrique du Sud) et G Kanyiehamba (Ouganda). Les onze juges devront se retrouver ultérieurement pour élire un président. Le Protocole portant création de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples est entré en vigueur il y a plus d'un an. Elle est ratifiée, à ce jour, par vingt pays africains. L'élection des juges signifie que l'Afrique dispose désormais d'une Cour ayant la juridiction de traiter des cas de violations de droits humains. Le Conseil exécutif de l`UA doit se retrouver prochainement pour désigner le pays devant abriter le siège de la Cour, a-t-on appris de bonne source. L'UA a reçu les candidatures de l'Ile Maurice et de la Tanzanie pour accueillir la Cour africaine de justice. AD/BK