La société civile plaide pour une harmonisation des positions africaines +++Correspondance particulière+++

Présidence de la République

New York, 30 juin (APS) - La société civile africaine regroupe autour d'une organisation appelée le Groupe africain a tenu vendredi une réunion avec les délégations africaines afin d'échanger sur les positions que l'Afrique doit défendre au cours de cette conférence sur le Programme d'action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères qui se tient a New york ouverte le 26 juin et qui se poursuit jusqu'au 7 juillet. Les participants à cette rencontre ont tous souhaité que les Africains puissent adopter une position commune afin de mieux peser dans les négociations. Pour ce faire, la société civile a demandé aux délégations africaines d'harmoniser leurs positions en s'inspirant du protocole de Nairobi, du protocole de la SADC (Afrique australe) et de la convention de la CEDEAO (Afrique de l'Ouest). Tous ces textes portent sur la réglementation et le contrôle de la circulation illicite des armes légères. A cela s'ajoute la défense des principes globaux sur le transfert des armes aux acteurs non étatiques, les questions lies aux droits humains et aux droits international humanitaire et la prise en compte de la dimension genre dans les questions des armes légères et de petit calibre. Répondant aux doléances du Groupe africain, l'ambassadeur Chike Anigbo, premier directeur du département des Nations Unies du ministère des Affaires étrangères à Abuja, a demandé à la société civile africaine de préparer un document de synthèse qui reprend toutes leurs doléances et de le lui remettre. Il a assuré, au nom de ses collègues, que les préoccupations de la société civile africaine seront prises en compte lors des négociations. KD/ADC