Réunion à Paris sur les préparatifs de la II CIAD

Présidence de la République

Dakar, 26 juin (APS) - Plusieurs Délégués permanents africains auprés de l'UNESCO dont celui du Sénégal, Amadou Dème, ont pris part récemment à Paris à une réunion portant sur les préparatifs de la deuxième Conférence internationale des intellectuels africains et de la Diaspora (II CIAD)prévue du 12 au 14 juillet à Salvador de Bahia, au Brésil. Le représentant de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le professeur Henri Hogbe Nlend ancien ministre camerounais,et membre du Comité international préparatoire ont également participé à la réunion qui était convoquée par le Délégué du Brésil à l'UNESCO, Filipe de Macédos Soarez, a-t-on appris de source sûre. Les questions liées aux aspects pratiques de l'organisation de la II CIAD, à la nécessité ou non de créer une structure permanente de gestion des conférences, à l'existence de pont entre la réflexion des intellectuels et la mise en application de leurs propositions ou recommandations ont été notamment discutées. Répondant aux interrogations sur le choix de son pays pour abriter la II CIAD, M. Soarez a invoqué, entre autres raisons, le fait que le Brésil est, après le Nigeria, le deuxième pays africain. Pour sa part, faisant l'historique de la CIAD, le professeur Henri Hogbe a rappelé le rôle pionnier joué par le Président Abdoulaye Wade qui avait en 1996, alors qu'il était ministre d'Etat, organisé à Dakar une conférence des intellectuels et des hommes de culture. Arrivé au pouvoir en 2000 Wade obtient du sommet des Chefs d'Etat tenu à Lomé la même année, l'autorisation d'organiser à Dakar, sous l'égide de l'Union africaine, la première Conférence des intellectuels de l'Afrique et de la diaspora (I CIAD). Selon le professeur Hogbe, le Président Wade a introduit la notion innovante de la Diaspora comme sixième région de l'Afrique. C'est grâce à lui aussi qu'un chapitre du NEPAD est consacré à la Diaspora. M. Hogbe a par ailleurs réitéré la volonté des Africains illustrée par les propos du Président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Omar Konaré, pour qui il faut que l'Afrique se réapproprie la réflexion sur son propre développement. Le représentant de l'OIF Ridho Bouabib a quant à lui informé les Délégués permanents africains des efforts déployés par l'organisation francophone en vue de soutenir les initiatives africaines. L'OIF est prête à publier les actes et les différents rapports de la I CIAD tenue à Dakar en 2000. Elle prévoit également la publication en fin juillet 2006 d'un recueil de textes sur le mouvement panafricaniste au XX-ème siècle. L'ouvrage est préparé avec la collaboration du professeur Iba Der Thiam et il sera traduit en portugais, ainsi qu'en anglais avant d'être distribué à la II CIAD à Salvador de Bahia. CTN