Plaidoyer pour la mise à disposition des antirétroviraux à tous les sidéens +++ Envoyé spécial: Cheikh Tidiane Ndiaye +++

Présidence de la République

New York, 1-er juin (APS) - Le Premier ministre sénégalais Macky Sall a plaidé pour la mise des antirétroviraux à la disposition de tous les malades du sida de par le monde, notamment à l'endroit des sidéens d'Afrique qui, a-t-il estimé, doivent être assistés de manière concrète et efficace. M. Sall qui s'entretenait mercredi à New York avec le correspondant de la radio privée sénégalaise Sud FM, a souligné qu'en l'absence d'un vaccin il est indispensable, pour bloquer l'avancee de la pandémie, que la communauté internationale dépasse les déclarations d'intention et donne un signal fort en débloquant les ressources nécessaires pour la prise en charge les 40 millions de malades du sida recensés dans le monde. Pour Macky Sall qui doit intervenir vendredi à la tribune des Nations unies lors de la réunion de haut niveau de l'assemblée générale de l'ONU consacrée au VIH/Sida, il ne s'agit pas la d'une chose insurmontable pour les pays riches où on note un recul de la maladie, contrairement aux pays en développement, surtout ceux d'Afrique. Ainsi, selon le Premier ministre sénégalais arrive à New York depuis mardi, en compagnie du ministre de la Santé et de Prévention médicale Abdou Fall, le soutien des pays riches concernera, outre la mise à disposition des antirétroviraux, la recherche d'un vaccin, la réinsertion des malades du sida et la lutte contre leur stigmatisation. L'Afrique qui compte 27 millions de sidéens sur les 40 millions recensés dans le monde doit bénéficier particulièrement de la politique d'assitance des pays développés, a souligné Maky Sall qui a averti que si rien n'est fait de manière de facon pertiente et efficace le continent est sous le coup d'une menace. Non seulement nous sommes en situation d'urgence sanitaire, mais nous manquons énormement de personnel médical et de médicaments, a-t-il dit, estimant que le sida ne sera jamais vaincu si on reste au taux actuel du taux de prévalence de six pour cent. Il a toutefois souligné que l'effort des pays développés doit aller de pair avec celui des pays en voie de développement où, dans certains des cas, on ne semble pas apprehender à sa juste mesure la catastrophe que constitue le sida. A ce propos, Macky Sall a insisté sur la nécessité pour les gouvernements d'Afrique de prendre en charge de façon radicale les politiques de prévention en dégageant eux-mêmes, à la mesure de leurs capacités, les ressources financières qu'ils peuvent mobiliser. Le reste sera donné par la communauté internationale, a-t-il souligné avant de mettre en garde contre la diversion que font certaines organisations en mettant en avant la cause des homosexuels. Pour Macky Sall, ces catégories d'individus, malades du sida, sont relativement bien suivies, contrairement aux heterosexuels, d'où, a-t-il estimé, on doit davantage déployer la sensibilisation du côté de ces derniers. CTN/ADC